8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 10:44
Épreuve du Feu au Pont du Roi Saint Louis

Il est temps de revenir sur cette "foule bigarrée" composée par les rosicruciens qui constituent pour la recherche mystique, selon les termes mêmes de Spencer Lewis, une "section transversale de la civilisation".

Naturellement le chercheur engagé dans un mouvement ou une organisation rosicrucienne ne manque pas de tiquer à la lecture de cette formulation...

En effet, il est généralement convaincu d'appartenir plutôt à la branche verticale de la croix plutôt qu'à la branche horizontale...

Il faut préciser que dans une première approche du symbolisme rosicrucien, la branche verticale, positive, exprime la transcendance, l'initiation et la recherche de Lumière, tandis que la branche horizontale, négative, est résistante, inerte, comme une barrière, un signe moins ou un panneau de sens interdit.

Seule l'interférence des deux branches permet l'épanouissement de la conscience: la Rose!

"Section transversale" est d'une certaine manière une véritable insulte adressée aux chercheurs qui approchaient de la fin du cursus rosicrucien lewissien...

Tout ça pour ça, serait-on tenté de dire!

Tant d'années d'études pour s'entendre dire "you are truly a cross section" (vous êtes vraiment une section transversale).

Vous êtes négatif!

Naturellement c'est pour le chercheur sincère l'épreuve du feu, l'annonce de la fin d'un cycle et le début d'un nouveau:

L'abandon d'une forme de la Rose+Croix visible, et elle-même transversale, pour envisager d'accéder à la Rose+Croix invisible et réellement transcendante...

C'est l'occasion d'évoquer la blague rosicrucienne concernant les "auspices de la Rose+Croix" qui sont des signes derrière lesquels le chercheur de Lumière reconnait l'influence de la Rose+Croix invisible pour laquelle toutes ses études rosicruciennes l'ont préparé, tandis que ceux qui ne voient pas les signes cosmiques s'attachent à une prison, un égrégore, lequel constitue leur "hospice de la Rose+Croix"!

Il existe donc une épreuve du feu illustrée par "le pont Saint Louis" et qui apporte la clé de la compréhension du "mat", l'arcane 22 du tarot des profanes ou "l'arcane sans numéro" des initiés.

L'épreuve concerne dans un premier temps le témoin de la scène de l'effondrement du pont qui met fin aux projets de 5 personnes qui chutent avec lui.

Le témoin est un chercheur auquel nous nous identifions pour l'accompagner dans son enquête.

Mais son investigation est partiale.

Il cherche à défendre des théories religieuses, qui expriment symboliquement les croyances auxquelles il est attaché.

Toutefois, toute recherche personnelle a le mérite de faire quitter le chemin commun et les conclusions indépendantes du témoin sont inacceptables pour les fanatiques religieux qui lui refusent le droit d'exister et le condamnent à être brûlé avec ses livres...

Un seul exemplaire du livre demeurera à la bibliothèque suggérant que rien ne s'efface car la mémoire akashique est éternelle.

Le chercheur que nous sommes ne pouvant plus s'identifier au témoin qui a disparu dans le feu, se trouve, bon gré mal gré, obligé de poursuivre sa route solitaire!

Vers la recherche de la Rose+Croix invisible?...

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2016 7 17 /01 /janvier /2016 09:49
Quand le Ravin devient une Gueule de Crocodile...

Dans quelques représentations du Tarot, le personnage de la 22e lame se trouve devant un ravin.

C'est le cas du Tarot de Rider-Waite (image de gauche) avec le personnage qui donne la sensation d'être guidé par l'orgueil.

Dans le Tarot de Saint-Germain (image de droite) que le Bistrot avait évoqué, les codes semblent curieusement identiques.

Le ravin prend l'allure d'une gueule de crocodile et notre Pont du Roi Saint Louis est devenu un obélisque effondré.

Dans la tradition égyptienne de la fraternité d'Héliopolis dans laquelle le Bistrot de la Rose+Croix met régulièrement en évidence la source rosicrucienne, la divinité crocodile Sebek entre en action lors du périple de la lointaine (Hathor/Tefnout) après les stades Sekhmet et Bastet, lorsque le dieu crocodile est annonciateur de l'inondation.

La jonction avec le pont Saint Louis devient un peu plus parlante: l'inondation bénéficie à ceux que le crocodile ne dévore pas...

Sous divers angles, l'inondation exprime, par exemple, l'illumination, ou encore le passage à un plan supérieur, ou la traversée réussie du pont, ou encore la transition lewissienne évoquée comme le passage symbolique entre le 11e et le 12e degré.

Pour la "foule bigarrée" qui n'est pas encore prête à passer l'épreuve, le crocodile exprime une lente digestion qui peut parfois durer plusieurs vies à moins que le chercheur ne ressente enfin l'incontournable travail à accomplir sur lui-même et se montre enfin digne de la véritable initiation que son être intérieur lui a mis discrètement au programme sur terre pour cette incarnation ou une suivante...

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 08:08
Une Foule Bigarrée...

Une formulation de Lewis dans le précédent message "les 3 clés du Pont du Roi Saint Louis" ne manque pas de susciter l'interrogation de Buveurs du Bistrot...

C'est une invitation pour ceux qui ne le font pas systématiquement de relire le passage en se maintenant dans l'état de réceptivité adéquat avant de se plonger ensuite dans le Message du Bistrot d'aujourd'hui.

En effet le Bistrot avait traduit Lewis par:

"Pour utiliser les mots de Shakespeare, vous constituez vraiment une "foule bigarrée," sauf pour ce qui concerne les questions spirituelles ou mystiques(...)"

"Foule bigarrée", en parlant des étudiants de la classe la plus avancée était également la formulation de Jeanne Guesdon qui fut la première à traduire Spencer Lewis en français.

La mise entre guillemets nous invitait à rechercher la formulation initiale en anglais que Spencer Lewis attribuait à Shakespeare, soit "a motley crowd"...

Or, première surprise, l'expression ne figure pas dans les œuvres théâtrales signées par Shakespeare!

N'est-ce pas un signe supplémentaire qu'une piste particulièrement importante s'ouvre?

Il convient donc d'une part de réfléchir et de méditer sur "motley crowd" et d'autre part sur William Shakespeare que les Rosicruciens considèrent comme un nom de plume de Francis Bacon, le "Rosenkreutz" de la résurgence rosicrucienne du 17e siècle et dont Ralph Lewis confiait, qu'à son avis, son père en était la réincarnation.

"Motley" est assez simple à comprendre: il signifie "la foule" et exprime l'idée de cohésion de spectateurs qui se groupent, s'attroupent et parfois se bousculent.

C'est naturellement la force de cohésion que les chercheurs rosicruciens qui parviennent au "Premier Degré des Néophyte" apprennent à discerner de la force d'adhésion vers la Lumière: la cohésion forme un égrégore alors que ce n'est pas le cas de l'adhésion!

Spencer Lewis insiste discrètement sur cette idée avec la formulation "cross section": la "section en croix" que l'on comprend facilement comme une allusion à la branche horizontale de la croix: la branche qui résiste à la poussée de la branche verticale.

Vient donc ce terme de "crowd"...

Les anglophiles peuvent ressentir en "crowd" une forme soutenue pour une forme plus vulgaire: "crew"...

Par exemple, "a motley crew" exprime une "drôle de bande", voire une "bande de paumés".

N'est-ce pas instructif de voir Spencer Lewis suggérer cette définition pour ses élèves les plus élevés?

Heureusement, il précise "except in the mystical, spiritual matters", c'est à dire excepté pour tout ce qui concerne les "questions mystiques, spirituelles"...

Comment ne pas penser au tableau connu de Spencer Lewis (ci-dessus) qui évoque une école de mystères égyptiens et qui montre précisément que le maître adossé au pilier blanc en voit de "toutes les couleurs" face à une sympathique "bande bigarrée" qu'il cherche à faire progresser et conduire vers un certain seuil?

Donc les "mots de Shakespeare" prennent le sens d'un "langage soutenu"...

Mais naturellement l'œuvre de Shakespeare exprime directement sinon le mot "crowd", du moins son idée...

En effet, il convient de revenir à la pièce "As you like it", traduite en français par "Comme il vous plaira", dans l'acte II, scène 7, qui se joue dans la forêt, "la foret des erreurs" comme le préciserait Louis Claude de Saint Martin...

La pièce concerne un duc banni qui se retrouve dans la forêt avec ses compagnons qui constituent selon la formule de Shakespeare "a motley fool", une bande de fous...

Et Shakespeare dans le fameux "monologue de Jacques" reprend ainsi à 6 reprises ce terme "motley".

Une "bande de fous"! N'est-ce pas une bien curieuse définition pour la classe des rosicruciens avancés de Spencer Lewis?

Et pour ceux qui ouvrent les yeux, cette "bande de fous" fait ainsi la jonction avec l'épreuve du "Pont du Roi Saint Louis" qui se retrouve également dans la fameuse 22e lame du Tarot, "le Mat", qui est précisément appelée "The Fool" en langue anglaise!

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 17:50
Variation sur le Thème du Pont Saint-Louis...

Voici une représentation différente du Pont Saint-Louis qui évoque le thème rosicrucien du Pont de la Vie et de la Mort, susceptible de s'effondrer, et que le précédent message du Bistrot évoquait.

Le pont de la photo, en lutte contre une crue n'est pas au Pérou: il existait à Paris entre l'Île de la Cité et l'Île Saint-Louis lors du passage de Spencer Lewis en 1909...

Ce pont en fonte avec une seule arche n'existe plus depuis 1939, victime non pas des crues de 1910 mais des péniches...

Une passerelle le remplaça en 1941 avant que le pont actuel ne la remplace en 1970, c'est officiellement le 7e...

L'histoire nous apprend qu'une première passerelle en bois avait été construite en 1627 puis détruite par les crues de la Seine.

En 1709 un pont rouge en bois avec 7 arches avait remplacé la passerelle, mais une crue l'avait emporté en 1795.

C'est amusant de remarquer que dans la traditions japonaise, le "pont rouge" a la réputation de séparer symboliquement le Monde des Dieux, qui vit généralement sur une Île, du Monde des hommes.

C'est naturellement le même symbole initiatique que celui du "San Luis Rey"...

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2016 1 04 /01 /janvier /2016 11:21
Le Pont de la Vie et de la Mort

Ce pont de corde inca qui enjambe les rivière Apurimak au Pérou nous permet d'évoquer un thème cher à l'ésotérisme rosicrucien: "le pont de la vie et de la mort".

Sous la forme présentée par Spencer Lewis, il s'agit du Pont Saint Louis.

"Il Ponte di San Luis Rey", en espagnol fut historiquement un pont inca qui s'effondra au début du 18e siècle en entraînant plusieurs personnes dans sa chute.

L'histoire, reprise dans divers ouvrages et films introduit le riche sujet de savoir si les quelques personnes qui se sont trouvées sur le pont au moment de l'effondrement étaient là "par hasard" ou au contraire à la suite d'événements instructifs parfaitement cadrés et dont la fin tragique constituait un enchaînement logique indispensable à découvrir...

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier