13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 08:08
Une Foule Bigarrée...

Une formulation de Lewis dans le précédent message "les 3 clés du Pont du Roi Saint Louis" ne manque pas de susciter l'interrogation de Buveurs du Bistrot...

C'est une invitation pour ceux qui ne le font pas systématiquement de relire le passage en se maintenant dans l'état de réceptivité adéquat avant de se plonger ensuite dans le Message du Bistrot d'aujourd'hui.

En effet le Bistrot avait traduit Lewis par:

"Pour utiliser les mots de Shakespeare, vous constituez vraiment une "foule bigarrée," sauf pour ce qui concerne les questions spirituelles ou mystiques(...)"

"Foule bigarrée", en parlant des étudiants de la classe la plus avancée était également la formulation de Jeanne Guesdon qui fut la première à traduire Spencer Lewis en français.

La mise entre guillemets nous invitait à rechercher la formulation initiale en anglais que Spencer Lewis attribuait à Shakespeare, soit "a motley crowd"...

Or, première surprise, l'expression ne figure pas dans les œuvres théâtrales signées par Shakespeare!

N'est-ce pas un signe supplémentaire qu'une piste particulièrement importante s'ouvre?

Il convient donc d'une part de réfléchir et de méditer sur "motley crowd" et d'autre part sur William Shakespeare que les Rosicruciens considèrent comme un nom de plume de Francis Bacon, le "Rosenkreutz" de la résurgence rosicrucienne du 17e siècle et dont Ralph Lewis confiait, qu'à son avis, son père en était la réincarnation.

"Motley" est assez simple à comprendre: il signifie "la foule" et exprime l'idée de cohésion de spectateurs qui se groupent, s'attroupent et parfois se bousculent.

C'est naturellement la force de cohésion que les chercheurs rosicruciens qui parviennent au "Premier Degré des Néophyte" apprennent à discerner de la force d'adhésion vers la Lumière: la cohésion forme un égrégore alors que ce n'est pas le cas de l'adhésion!

Spencer Lewis insiste discrètement sur cette idée avec la formulation "cross section": la "section en croix" que l'on comprend facilement comme une allusion à la branche horizontale de la croix: la branche qui résiste à la poussée de la branche verticale.

Vient donc ce terme de "crowd"...

Les anglophiles peuvent ressentir en "crowd" une forme soutenue pour une forme plus vulgaire: "crew"...

Par exemple, "a motley crew" exprime une "drôle de bande", voire une "bande de paumés".

N'est-ce pas instructif de voir Spencer Lewis suggérer cette définition pour ses élèves les plus élevés?

Heureusement, il précise "except in the mystical, spiritual matters", c'est à dire excepté pour tout ce qui concerne les "questions mystiques, spirituelles"...

Comment ne pas penser au tableau connu de Spencer Lewis (ci-dessus) qui évoque une école de mystères égyptiens et qui montre précisément que le maître adossé au pilier blanc en voit de "toutes les couleurs" face à une sympathique "bande bigarrée" qu'il cherche à faire progresser et conduire vers un certain seuil?

Donc les "mots de Shakespeare" prennent le sens d'un "langage soutenu"...

Mais naturellement l'œuvre de Shakespeare exprime directement sinon le mot "crowd", du moins son idée...

En effet, il convient de revenir à la pièce "As you like it", traduite en français par "Comme il vous plaira", dans l'acte II, scène 7, qui se joue dans la forêt, "la foret des erreurs" comme le préciserait Louis Claude de Saint Martin...

La pièce concerne un duc banni qui se retrouve dans la forêt avec ses compagnons qui constituent selon la formule de Shakespeare "a motley fool", une bande de fous...

Et Shakespeare dans le fameux "monologue de Jacques" reprend ainsi à 6 reprises ce terme "motley".

Une "bande de fous"! N'est-ce pas une bien curieuse définition pour la classe des rosicruciens avancés de Spencer Lewis?

Et pour ceux qui ouvrent les yeux, cette "bande de fous" fait ainsi la jonction avec l'épreuve du "Pont du Roi Saint Louis" qui se retrouve également dans la fameuse 22e lame du Tarot, "le Mat", qui est précisément appelée "The Fool" en langue anglaise!

(à suivre...)

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 07:55



mat-global-bistrot.jpg

 

Nous avons déjà eu l'occasion de constater avec "l'héritier de la tour du roi Ramesanit" à quel point la tradition médiévale du tarot découle de l'Egypte ancienne. C'est assez connu depuis le 18e siècle en particulier avec les travaux de Court de Gebelin. (Au passage, il convient de prononcer "Guebelin" pour éviter de se fâcher avec lui ! Imaginons qu'il descende du dieu Geb et songeons que ce n'est pas par hasard qu'il inventa et introduisit le mot "guttural" !)  

  

Appelé parfois "l'arcane sans numéro" ou "le fou", le mat est une sorte de vagabond ou de "juif errant" et certains aspects du symbole ont stimulé l'imagination.

 

Les vêtements déchirés et le balluchon attaché au bâton en ont fait parfois un exhibitioniste...

 

D'autres ont transformé son nom, "le mat", en "amlet" (Hamlet), le personnage de Shakespeare-Bacon qui se réfugie dans une certaine folie pour libérer ou se libérer de certains secrets...

 

Il s'agit donc d'un personnage de transition qui exprime un changement de monde, le passage à un plan supérieur dans lequel le personnage repart à zéro.

 

Sur le plan qu'il quitte, sans se soucier du qu'en-dira-t-on, c'est une sorte de mort, un "échec et mat" exprimant le persan "shah mat": le roi est mort.

 

Mais le personnage n'est pas anihilé, il a simplement trouvé suffisemment de force en lui pour amorcer un cheminement sur un plan supérieur qu'il ne connait pas encore.

 

Il est intéressant de creuser l'utilisation du symbole égyptien correspondant avec les 3 mots suivants.

mat-hieroglyphes-bistrot.jpg 

Le mot du haut se lit "S","MN","N","A" (semena) et notre vagabond ne se prononce pas, il sert de déterminatif. Il exprime l'émissaire ou l'agent envoyé par un prince étranger.

 

Le mot suivant se lit "Sch","MA","A","M","OU" (shmaamou). C'est un pluriel (il y a un "OU" final et le pluriel est confimé par les 3 traits sous le déterminatif de l'homme). Il s'agit logiquement d'un groupe de nomades étrangers.

 

 Le dernier mot se lit donc "schmaa", c'est donc un vagabond, un étranger, comme l'indique le déterminatif sethien des dunes du désert. Mais il lui est associé parfois un sens figuré, celui d'un esprit errant, immatériel et porteur de maladies...

Partager cet article

Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 06:36

tarot-16.jpg 

Voici la "Maison Dieu", appellée parfois "La Tour Foudroyée" qui montre deux personnages: un roi qui reste couronné et un autre personnage qui meurt en prenant sur la tête une pierre de la tour.

 

Cette lame du tarot est issue d'un conte égyptien peu connu, l'histoire légendaire du roi Ramesanit.

 

Nous devinons "Ra-Mes-Sa-Neith": "fils de Neith, né du soleil". "Né du soleil", c'est relativement banal: chaque être humain peut se considérer comme tel, mais dans la cosmogonie héliopolitaine qui concerne les rosicruciens, la déesse Neith vénérée à Saïs se retrouve en Nout (le ciel), en Isis (la tisseuse) et même en Nephtys (la maîtresse de la maison) . Quand on sait que Neith commande les 2 énergies du "noùs" un fils de Neith apparait comme un initié.

 

Ramesanit pourrait donc correspondre à notre corps psychique qui éprouve le besoin de se construire une tour... 

 

Il est vraisemblable que cette légende mère ait influencé au cours des âges divers contes ou légendes comme le "Camphrier Magique". Naturellement tous les personnages du conte sont en nous...

 

"Afin de protéger son trésor, Ramesanit a établi une tour que son architecte a construit avec une pierre qui peut se retirer afin de pouvoir ajouter des richesses supplémentaires.

 

L'architecte a deux fils et, sur son lit de mort, il leur confie le secret de la pierre de la tour...

 

Un jour, Ramesanit constate que certaines de ses richesses sont détournées et disparaissent. Il tend un piège au voleur en mettant un place un filet et l'un des fils de l'architecte se fait piéger... Le voleur ne parvient pas à se libérer et comme il sera mis à mort, il demande à son frère de préserver sa famille et de lui couper la tête et d'emmener celle-ci afin que son corps ne soit pas identifié.

 

Son frère finit par obéir et rapporte la tête à sa mère. La mère est choquée et demande au frère survivant d'aller chercher le reste du corps.  C'est difficile car Ramessanit a laissé le corps sans tête accroché sur un mur et sous haute surveillance avec ordre d'arrêter toute personne qui le pleurerait.

  

Mais le frère trouve une astuce... Comme un étudiant qui cherche à s'instruire en lisant les inscriptions sur le mur de la tour, il arrête devant les gardes sa carriole avec des jarres de vin qui fuient et laissent échapper leur précieux nectar.

 

Naturellement les gardes ne peuvent pas laisser perdre ce bon vin et en boivent jusqu'à s'enivrer. Lorsqu'ils ont perdu conscience, le frère retire le corps et le ramène à la maison.

 

Alors Ramesanit décide de lui tendre un piège plus élaboré... Il déclare au peuple qu'il cherche un successeur, un homme audacieux  qui épouserait sa fille. Mais le prétendant devrait naturellement avouer à sa fille l'acte le plus audacieux qu'il aurait vécu dans sa vie... Comme de bien entendu, le concurrent audacieux gagnerait l'impunité pour son acte avoué.

 

La fille du roi se prète au jeu et accueille les prétendants dans l'obscurité sous une tente d'amour... et le fils de l'architecte se prête à ce jeu de séduction...

 

Et lorsque la fille, tenant par le bras l'homme recherché, appelle les gardes pour le capturer, le frère prudent s'est enfui en laissant entre les mains de la fille le bras de son frère mort...

  

Ramesanit n'a pas d'autre solution que de tenir sa promesse et de faire l'éloge du fils de l'architecte comme étant la personne la plus audacieuse et la plus intelligente de tout le royaume parfaitement digne d'être son successeur, l'héritier du royaume et le mari de sa fille."         

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier