16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 13:00

omar 

Cela devient une banalité de répéter au Bistrot qu'une plus grande maîtrise de la Force Vitale passe naturellement par la non alimentation de l'égo en libérant son Être psychique de la vampirisation des égrégores et des forces pensées.
 

Mais ce n'est pas le seul paramètre...
 

Il y a aussi, par exemple, l'amplification de la conscience du moment présent...
 

Alors comment augmenter cette intensité du présent?

 

- "Tout naturellement en cessant d'alimenter par notre pensée les souffrances du passé ou les espoirs inconsidérés de l'avenir."

 

Naturellement tous les Grands-Maîtres du Rosicrucianisme ont contribué à leur manière à susciter cette démarche dans leur environnement.

 

Ce fut le cas d'Omar Khayam, il y a une dizaine de siècles.

 

Voici une traduction du Bistrot cherchant à rendre la poésie d'un petit quatrain, un "Rubayat" enthousiasmant d'Omar Khayam, son "Hymne au Présent":
 

"Hier est passé, n'y pense plus.

 

Demain n'est pas, n'y pense pas.

 

Sois le doux instant de la Vie

 

Dépassant son passé qui n'est plus."

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 13:25

omar.jpg 

 

"La nuit a dans sa robe un trou de clair de lune.

Bois du vin, bois du vin, c'est fortune provisoire, 

Sois heureux et jouis: après nous bien des soirs,

La lune éclairera nos tombes une à une."

 

Beaucoup de poésie dans ce rubayat d'Omar Khayam pourrait nous laisser passer à côté d'un enseignement ésotérique très élaboré...

 

La nuit exprime les périodes obscures dans lesquelles le chercheur connait une certaine lassitude car il ressent le monde bien sombre et éloigné de ses aspirations.

 

Mais dans ces périodes difficiles privées de l'illumination solaire, il reste la lune pour nous éclairer...

 

Que signifie cela?

 

Qu'il conviendrait de polariser notre inspiration, par exemple en utilisant la possibilité offerte de se laisser imprégner par les travaux traditionnels des grands êtres par notre méditation.

 

Spencer Lewis appelait cela l'état de "vivant point d'interrogation", mais évidemment le "point d'interrogation" ne doit pas être l'entretien de la sombre culture du doute, mais une démarche de chercheur de la Lumière!

 

"Bois du vin" est donc la métaphore bistrotique de la solution...

 

"C'est fortune provisoire" lance une fois de plus l'idée que seule notre incarnation terrestre peut permettre de changer notre niveau de conscience, en réalisant un investissement durable, un investissement pour l'éternité!

 

Donc "sois heureux et jouis"... Il s'agit naturellement de la recherche de la Joie Ineffable.

 

"Après nous", c'est à dire après la fin de l'incarnation présente: "la lune éclairera nos tombes".

 

Certains verraient une allusion au "cogito mori" de Rosenkreutz: "pense que tu es mortel".

 

Il est vrai qu'après ce sera trop tard car, seul n'aura eu d'importance de notre vivant que le condensé de notre cheminement évolutif et de nos agissements.

 

"Une à une", c'est encore un clin d'œil du Grand-Maître car nous pourrions penser aux vies terrestres de chacun d'entre nous, mais un initié a eu l'occasion de prendre conscience de la succession de ses incarnations... 

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 23:11

omar

 

Naturellement, il convient de ne pas se laisser prendre par un premier degré sans intérêt pour partager l'extraordinaire extase mystique d'Omar Khayam dont ce "rubayat" témoigne:

 

""Boire du vin et me réjouir, tel est mon art de vivre!

Cette religion s'écarte de la foi comme de l'hérésie...

"Quelle est ta dot", demandais-je à ma promise.

Et elle m'a répondu: ma dot est la joie de ton cœur.""

 

"Boire du vin" = partager les enseignements akashiques.

"Se réjouir" = atteindre l'état de la Joie Ineffable.

"Cette religion" = une pratique rituelle qui maintient un état permanent de Paix Profonde.

Éventuellement, la sérénité qui en émane apaiserait autant les religieux que les hérétiques.

"La promise" = l'âme, ou l'Être Intérieur,

"La dot" représente les promesses de la réalisation, qui tiennent en une seule: la joie du cœur...  

Partager cet article
Repost0
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 09:46

omar

 

"Boire du vin, et cueillir de jolies tulipes

Est meilleur pour le cœur que toute dévotion...

Si l'enfer se destinait à qui boit et fait l'amour, 

Ma main serait creuse comme le paradis..."

 

Spencer Lewis avait trouvé chez Omar Khayam une branche de la Rose+Croix, ce qu'il exprimait allégoriquement ainsi: "un quart de l'Enseignement Rosicrucien lui revient".

 

Naturellement, derrière un sens superficiel surprenant, il y a dans les "Rubayats", les poèmes de Khayam, de magnifiques métaphores.

 

Les buveurs du bistrot savent déjà par exemple, ce que signifie "boire du vin".

 

"Cueillir de jolies tulipes", ne signifie pas nécessairement "draguer de jolies femmes", mais plutôt laisser émaner de soi des vibrations élevées et inspirantes pour ouvrir la sensibilité de l'entourage.

 

Enfin la "main creuse" s'oppose à une main rayonnante d'un magnétisme enrichi par une puissante canalisation de Force Vitale.  


Partager cet article
Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 11:20

omar

 

"Puisque tu ignores ce que te réserve demain,

Efforce-toi d'être heureux aujourd'hui.

Prends une urne de vin, va t'asseoir au clair de lune, 

Et bois, en te disant que la lune te cherchera peut-être vainement, demain."

 

Ce petit poème d'Omar Khayam fonctionne comme un hiéroglyphe. La premiere partie est concrète, elle fait appel à une émotion. La deuxième partie est abstraite et propose une solution intellectuelle. L'ensemble transmet un message ésotérique...

  

"L'urne de vin" exprime l'idée de s'imprégner de pensées susceptibles d'élévation et "s'assoir au clair de lune" est une métaphore pour "méditer".

 

Le dernier vers est un incitation à profiter de la vie de l'instant présent pour utiliser conjointement le mental et le psychisme...

  

Un moment unique de lâcher prise que le rosicrucien découvre et expérimente dans son travail au sanctum!

 

Pour avancer dans le lâcher prise, et libérer son plexus solaire, une aide précieuse réside dans la formulation suivante du mystique indien Shantideva (685-763).

 

"Quel besoin as-tu de t'inquiéter? Et si tu ne peux le résoudre, à quoi bon te faire du souci?"

 

C'est une urne de vin qu'il convient d'aller boire immédiatement sous la lune!

 

A la bonne votre!

 

(Voir également: "Un Exercice pour se libérer du Karma")

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 10:40

omar

 

Curieuse personnalité que cet Omar Khayam (1048-1133), qui, dans l'islam antialcoolique apparaît comme un buveur impénitent. Les musulmans ne le comprennent généralement pas. Ils ne sont pas les seuls! Mais Omar est une idole du "Bistrot"!

  

De sa réputation de poète, philosophe, mathématicien (travaux sur les équations cubiques), astronome (réformateur du calendrier persan), médecin, botaniste (l'hybridation des roses lui revient) se dégage une odeur assez caractéristique, non pas d'alccol mais plutôt de rose qui incite à décoder! 


"Khayam" est le nom qu'il "hérite de son père". Il y a naturellement un sens profane et un sens subtil... "Khayam" signifie "tente" et suggère que l'enseignement du Maître est ésotérique. Il n'est pas diffusé aux 4 vents, mais transmis "sous la tente" à ceux qui sont prêts.

  

Le "buveur" est attiré par une ivresse mystique enthousiasmante qui se cache derrière une apparence d'ivrogne et les jolies femmes qui le fréquentent sont de belles personnalités animiques qui viennent boire avec lui...

 

L'héritage d'Omar Khayam nécessite un tri inspiré parmi les "Rubayat", car ses petits poèmes de 4 vers ne sont pas tous authentiques...

 

Le mot "rubayat" est lié au nombre 4 dont les 4 branches sont exprimées par 4 vers. 

 

Il s'agit donc de quatrains symboliques qui riment en AABA: les deux premiers vers riment avec le dernier, alors que le 3ème demeure un vers libre.

 

Harvey Spencer Lewis conseillait aux américains la traduction anglaise du rosicrucien Edouard Fitzgerald. Lewis rendait cet hommage sybilin à Omar Khayam en reconnaissant que "un quart de l'enseignement rosicrucien qu'il diffusait lui revenait".

 

Naturellement la formulation de Lewis est aussi à décoder: il révèle que les quatrains d'Omar Khayam furent pour lui des supports de méditation qui le conduisirent à capter l'enseignement... 

 

Nous avions déjà cité le "Rubayat" suivant qui témoigne du rosicrucianisme d'Omar Khayam et de l'ouverture de sa "tombe"?

 

"Je veux boire tant et tant de vin,que l'odeur puissante qui s'échappera de ma tombe puisse ravir l'ivrogne de passage qui en tombera ivre-mort..."

 

En voici un autre pour aujourd'hui:

"Puisque tu ignores ce que te réserve demain,

Efforce-toi d'être heureux aujourd'hui.

Prends une urne de vin, et va t'asseoir sous la lune,

Bois, en te disant que la lune te cherchera peut-être vainement, demain."

 

Il se dégage de ses vers une recherche de jouissance, qui incite à vivre l'instant présent. Mais cette "vie de l'instant présent" n'est pas égotique, c'est tout le contraire: une incitation à profiter des facultés divines de l'incarnation en restant connecté à la source.

(à voir ensuite...)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier