24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 09:26

ireneSituons le contexte: nous sommes en 1735 sur un bateau qui traverse l'Atlantique pour emmener des émigrants vers le Nouveau Monde et il y a parmi les passagers une communauté de Frères Moraves et les 2 frères Wesley.

 

Les frères Wesley, John et George sont anglicans et issus d'une fratrie de 19 enfants.

 

Comme leur père, ils sont pasteurs et leur mère les a élevés avec la grande rigueur qui permet de tenir les familles nombreuses.

 

John est héritier, tant de la foi familiale que de la "méthode" rigoureuse de sa mère... 

 

Leur paroisse apprécie leurs talents de prédicateurs, en particulier celui de John, au point de financer leur voyage pour aller évangéliser la Georgie américaine...

 

Sur le bateau John est toujours le premier levé et commence sa journée par des heures de prières, c'est un fanatique...

 

Lorsqu'il avait 6 ans, un incendie ravagea la maison et l'enfant fut sauvé, in extremis, par un voisin...

 

Après son sauvetage, son père avait déclaré: "tous mes enfants ayant été sauvés, vous pouvez laisser brûler la maison à présent: je suis bien assez riche" et sa mère avait désormais distingué John de ses autres enfants en l'appelant (avec une allusion biblique: Zacharie 3,2), son "plucked firebrand", son morceau de braise...  

 

Il portait donc en lui le désir irrésistible d'enflammer les autres et de les convertir à sa foi...

 

Sur le bateau, les Frères Moraves ne cherchaient à convertir personne et on les entendait peu, en dehors des hymnes qu'ils ne manquaient jamais d'entonner en chœur à chaque veillée et lorsque l'occasion se présentait...

 

Pour George, ces hymnes constituaient une découverte et il voyait dans la ferveur des Frères Moraves la preuve que les hymnes permettaient d'atteindre directement le cœur des hommes.

 

Le prédicateur en lui découvrait un nouvel outil de prosélytisme offert à son talent musical...

 

C'est alors que l'océan fut le théâtre d'une violente tempête...

 

Durant des heures, des vagues gigantesques menaçaient à chaque instant de faire chavirer le bateau.

 

John Wesley, crut que les eaux allaient éteindre le brandon de feu auquel il s'identifiait...

 

La peur s'était emparée de lui, comme de tous les passagers qui voyaient leur dernière heure arriver.
 

Mais les Frères Moraves chantaient dans la tempête avec ferveur...

 

Mieux: leur hymne s'harmonisait avec la tempête et révèlait sa raison d'être... 

 

(revoir évidemment le message précédent...)

 

Ce face à face avec la mort fut pour John Wesley une initiation...

 

Il comprit alors à quel point sa foi était superficielle comparée au vécu des Frères Moraves...

 

Lorsque la tempête cessa, John Wesley n'était plus le même...

 

Il avait découvert la vraie Sincérité...

 

Et cette Sincérité lui permettait de jeter un autre regard sur le monde.

 

Il avait également compris que certains Frères Moraves étaient des initiés et désormais la Fraternité Invisible comportait un nouveau membre...

 

Mais la vie continuait et la Georgie l'attendait...

 

Ses sermons seraient désormais orientés vers l'éveil de cette Sincérité...

 

wesley-prechant.jpg

 

Pour son frère George, l'impact de la tempête était différent: il restait anglican, mais une nouvelle vocation s'était déclanchée, il voulait désormais composer des hymnes et retourner au pays...

 

Quatre mois plus tard, malade, il reprenait le bateau dans le sens du retour pour se consacrer à une nouvelle vie de compositeur et ce n'est pas 10 ou 100 hymnes qu'il allait laisser à la postérité mais 6000...

 

John, lui, était désormais en rupture avec la mission que son église anglicane lui avait confiée en Georgie et cela se manifestait dans ses sermons...  

 

Il avait poutant un succés fou, mais deux ans plus tard, il se rendit à l'évidence: il fallait rapidement échapper au procés que certains anglicans fanatiques étaient en train de lui réserver et retourner en Angleterre...

 

Mais son ressenti intérieur le condamnait à l'indépendance et il ne se considérait plus comme anglican, il devint ce qu'on nomme désormais un "méthodiste": une nouvelle mouvance protestante était née.

 

Bien qu'il continuât à fréquenter les Frères Moraves, il ne parlait pas de leur influence, il préférait mettre l'accent sur la sincérité de l'éveil du cœur et déclarer: "J'étais parti essayer de convertir les indiens, mais qu'est-ce qui peut me convertir, moi?"

 

Mais de même que la Sincérité ne peut pas être exportée, la Sincérité des êtres inspirés se heurte fatalement au dogmatisme et à l'incompréhension...

 

Il est instructif de lire au dela des lignes cet extrait de John Wesley qui préface négligemment un recueil d'hymnes de son frère George, préface qu'il serait peut être utile de retraduire intégralement avec discernement (http://www.isle-of-man.com/manxnotebook/fulltext/lh1844/wesleyp.htm):

 

(Extrait du paragraphe 7 de l'édition de 1780 de l'Hymn Book de George Wesley, qui disparut dans l'édition de 1904, tandis qu'entre temps l'édition de 1830 avait ajouté des hymnes et vraisemblablement modifié certains)

 

"7. And here I beg leave to mention a thought which has long been upon my mind, and which I should long ago have inserted in the public papers, had I not been unwilling to stir up a nest of hornets. Many gentlemen have done my brother and me (though without naming us) the honour to reprint many of our hymns. Now they are perfectly welcome so to do, provided they print them just as they are. But I desire they would not attempt to mend them ; for they really are not able. None of them is able to mend either the sense or the verse. Therefore, I must beg of them one of these two favours : either to let them stand just as they are, to take them for better for worse ; or to add the true reading in the margin, or at the bottom of the page ; that we may no longer be accountable either for the nonsense or for the doggerel of other men."

 

"Et je demande ici la permission d'exprimer une pensée présente dans mon esprit depuis longtemps, et que j'aurais certainement déjà insérée dans des documents publics, si je n'avais pas redouté de remuer un nid de frelons...

 

Beaucoup de personnes ont fait à mon frère et moi (sans nous nommer) l'honneur de reproduire bon nombre de nos hymnes, bien sûr, ils est parfaitement bienvenu qu'ils le fasse, mais à condition qu'ils les imprimer tels qu'ils sont!

 

Je désire qu'ils ne soient pas tentés de les amender car aucun d'eux n'a vraiment la capacité de le faire. (...)

 

Je dois donc leur mendier une de ces deux faveurs: soit de les laisser tels qu'ils sont, de les prendre pour le meilleur et pour le pire; ou alors d'ajouter en marge ou en bas de page la vraie lecture, afin que nous ne soyons plus responsables, de leur non sens, ou des vers d'autres hommes."

 

---

Messages sur le sujet de l'Hymne Rosicrucien.

Partager cet article
Repost0

commentaires

fm 25/02/2014 15:37


Oui l'histoire est authentique, et tout semble la recouper. Reste à savoir si l'idée véhiculée au delà des lignes, à savoir que l'origine de la mélodie est morave et que Guardini n'a fait que la
retranscrire comme il lui est arrivé de le faire plusieurs fois (anecdote historique: alors qu'il avait "arrangé" la mélodie d'un compositeur celui-ci l'avait giflé...)


Il semble que ce soit en 1769 que Gardini ait produit à Londres ce qu'il a laissé appeler "l'Hymne Italien"...


La version anglaise aurait été traduite sur le bateau par John Wesley en 1735 d'après le chant des frères moraves, mais devant l'incompréhension des uns et des autres il aurait préféré le mettre
de côté. La version de Mariott en 1825 et dont on précise ci et là qu'elle fut faite "sans autorisation"ne serait qu'une adaptation de l'hymne rosicrucien plus conforme à la pensée des
successeurs méthodistes.


Tout cela cadre donc avec les divers témoignages (et en particulier la préface de John Wesley), mais il manque naturellement la preuve définitive" qui validerait ce qui n'apparaît que comme une
logique spéculation.

koan 25/02/2014 14:29


C'est une histoire très émouvante... " et l'Esprit planait sur les eaux..."

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Discussions au Comptoir...

Thierry sur Rêvez-vous davantage en mangeant du Lièvre ? Le rêve de LCSM était compensatoire... 

Phil sur Quand les Rosicruciens nourrissent la Goule... Je préfère la parabole du semeur.

Bonum sur Quand les Rosicruciens nourrissent la Goule...  parfois un "profane" est plus sincère 

Mélusine sur Physique, Hyperphysique et Métaphysique quelle planète se trouve au niveau de KETHER

Bonum sur Lorsque l'Étudiant est prêt, le Maître se manifeste...  est-ce que les Maîtres ont un  rapport avec les Supérieurs inconnus dans la maçonnerie ?

Jean Pierre sur Un Sceau des Frères Moraves Cela semble ramener la résurgence Rosicrucienne au Protestantisme

Bonum sur Fuir les Persécutions de l'Ancien Monde ? va-t-on fuir dans l'espace ?

Jean-Christophe sur Livre d'Or Je viens de lire 'le village du Diable", je pense devenir un pilier de bar.

Mélusine sur Les Mages Noirs et l'Économie de la Vie  je suis tombée sur une vidéo, et l'esprit Rose-Croix est autre chose.

Brigitte sur Savez-vous ce qu'est un Lewis ? Et un petit clin d'œil du cosmique

Mélusine  sur Savez-vous ce qu'est un Lewis ? j'avais un projet: Remettre les jeunes en décrochage 

Pélican sur Savez-vous ce qu'est un Lewis ? La recherche étymologique est aussi importante que le symbolisme ou le déchiffrage hiéroglyphique.

Pélican sur Le Secret Rosicrucien du Radix Davidis "Ecarter les "Philistins" (les vulgaires).  On en revient au sujet des préjugés

Pélican sur Le Paraclet d'Akhenaton l'Egypte aurait échappée au déluge?  

Pélican sur L'Empirie à la base de la Guérison Rosicrucienne nous pouvons tous apprendre et accéder, Mais dans le futur ? 

Andréa sur L'Empirie à la base de la Guérison Rosicrucienne Empirie… des expériences à vivre sur tous les plans de La Vie…

Tizon sur Mais que s'est il passé en 1410 L'enseignement est-il pour les chanceux ?

Pélican sur La Courbe actuelle... Ce sujet me questionne beaucoup. 

Paul sur Le Plan Rosicrucien de 1614 Ce n'est guère évident de faire exister, perdurer une société initiatique

Pélican sur Autour d'un Serpent Effronté 666 et initiations...

Benjamin sur Koutoumi et le Grand Projet des Maîtres suivre les publications ne met-il pas sur un plan qui s'apparente à un égregore?  (...) pousser plus loin et organiser des monographies? (...)

Mélusine sur De Jour comme de Nuit L'écureuil de σκὶα, « ombre, » et d'οὐρά, « queue »....

José sur Livre d'Or J'aimerais cheminer à nouveau sur la voie rosicrucienne... 

Prudencius sur Lewis décrit la Rose+Croix en Europe au début du 20e Siècle une charte pour travailler ? est ce maçon ?

Roland sur Marie Louise, l'Ordre Intérieur et le Secret Ces infos me rendent triste!

Jérémie sur On m'appelle le Chevalier Blanc! 8 ans que cet article devait me parvenir... grâce à KHM...

Thierry sur L'Adieu à la Loge de Boston je trouve ce témoignage très élevé, toute la journée j'ai senti beaucoup de lumière... 

Phil sur L'Adieu à la Loge de Boston d’où vient ce témoignage ? Quel autre chemin aurait été suivi ?

Michel sur Koutoumi et le Grand Projet des Maîtres c'est une manière de diffuser certaines vérités.

Phil sur A la Recherche du Hiérophante - 2 Une enquête passionnante qui nous ramène au début du cycle d'activité.

Frater N. sur L'Adieu à la Loge de Boston VITRIOL. Je pense que c'est le mot...

Philippe sur L'Adieu à la Loge de Boston ce récit remettrait bien des choses en cause.

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier