7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 13:02

milou-demons-bistrot.jpg

Les initiés d'Héliopolis, par la simple recherche de pureté, de vérité, de sincérité, d'intégrité qui était simplement nommée la "Maat", purifiaient leur "ka"...

 

Cet idéal n'était pas si facilement exportable et Pythagore revenu d'Egypte dut faire face à des "daïmons"...
 

"Daïmon", du grec "δαιμονία" (daïmonia) que l'on traduit plus généralement par "esprit" mais que les spécialistes nomment différemment démons, daemons, daïmons pour exprimer certaines nuances...

 

Les grecs pensaient, par exemple, que chaque enfant naissait sous l'influence d'un "daïmon" personnel.

 

Ce concept de "daïmon" pouvait recouvrir toutes sortes d'entités (voire de divinités car la frontière n'était pas clairement établie) et ces entités pouvaient être parfois très sombres et pousser au suicide, d'autres étaient reliées aux éléments et n'évoluaient pas, enfin, certaines étaient des ancêtres qui avaient vécu sur terre.

 

Une chose était sûre: penser que son "daïmon" influence, durant toute l'incarnation, une personne, maintenait une sorte de culpabilité qui ne facilitait pas l'évolution...

 

Le chantier pythagoricien commençait par suggérer une claire différence entre le monde invisible, en général, et la "Conscience Cosmique".

 

Ainsi s'exprimait Pythagore:

 

"L'air est tout plein d'âmes, nous les appelons daïmons et héros..."

 

Le terme "héros" caractérise naturellement des personnages qui ont éveillé Horus et auxquels on peut accéder par la Coscience Cosmique...

 

Et Pythagore précisait:

 

"Ces daïmons et ces héros envoient des rêves, des signes et parfois les maladies aux hommes, et non seulement aux hommes, mais aussi aux ovins et aux autres animaux domestiques...

 

"D'eux, nous viennent toutes les sortes de divinations...

 

"Envers les daïmons, nous dirigeons des rites protecteurs et nous nous purifions pour nous rapprocher des héros".

 

Le but de Pythagore était d'amener ses étudiants à remplacer leur "daïmonia" par "l'eudaïmonia"...

 

"ευδαιμονία" était un nouveau terme composé de "ευ", bon et de "δαιμονία" (le "daïmon"...)

 

Et chaque chercheur devait donc interpréter à sa façon le concept de "l'eudaïmonia"...

 

- Qui s'y colle? 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Soror P. 16/04/2014 09:27


Tres bonne piste de reflexion, thank you !


Quand Luc Bigé explique ce qu'est un " daïmon" - je crois que j'ai lu ça  dans son livre " La Voie du Héros ( Mythe d'Hercule ) - , c'est clair comme de l'eau de roche.


Vive le Grec et la langue des oiseaux, ( la langue des oiseaux universelle, dans toutes les langues ) et vive Hergé bien sur qui savait tout.


 

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier