4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 19:03

Ce retable du 15ème siècle produit un choc par les éléments symboliques très particuliers qu'il contient et qui se retrouvent dans les enseignements rosicruciens.

 

http://www.wga.hu/art/h/huguet/saints.jpg

 

"Jaume Huguet", son auteur est un peintre important pour la Catalogne. Il fait la jonction entre le style médiéval (voir les jambes frêles des personnages), l'école flamande (carrelages et points de fuite) et l'inspiration catalane (doré, rouge et noir). On apprécie un petit clin d'oeil du peintre qui préférait remonter la taille de son personnage de droite pour ne pas gâcher l'harmonie du paysage... Cet humour discret se retrouve aussi dans les peintures de Spencer Lewis ou de Nicolas Roerich. 

Bien sur, la complémentarité des personnages saute aux yeux... Ne songeons nous pas à un couple homosexuel? L'un domine en rouge et l'autre en noir. Une épée est vers le haut (elle est même plantée avec humour dans le plafond) tandis que l'autre est dirigée vers le sol. Il y a un message bien particulier... et ce n'est pas par hasard si l'auteur s'est amusé à colorier les deux tours du château que l'on voit au centre dans le lointain, l'une en rouge et l'autre en noir... Le message est bien là pour être décodé!

Quelques élément supplémentaires pour apprécier le contexte:

Pourquoi ces 3 couleurs pour la Catalogne?

Il existe une légende plus ou moins historique qui relie Charles le Chauve (le petit fils de Charlemagne qui hérita de la Gaule) et le comte Guifré el Pélos (878-897) qui le soutenait. el Pélos, c'est le velu. C'est donc l'association du Chauve et du Velu... Dans un combat contre les Normands (détail curieux), Guifré fut blessé. Charles trempa sa main dans son sang et fit 4 bandes rouge sur un bouclier doré... qui sont restés, symbole du courage de la Catalogne.

  

Et le noir, c'est la couleur d'un âne caractéristique qui vit là bas, alors que la Catalogne a précisément la forme allongée d'une tête d'âne, avec le front de l'âne constitué par le département des Pyrenées Orientales. A ne pas confondre avec le reste de l'Espagne qui a la forme d'un taureau.

Qui sont Abdon et Selem?

 Selon les versions, ce sont 2 nobles, ou deux vice-rois qui vivaient au 3ème siècle après JC et qui ont préféré mourir plutôt que d'abjurer leur foi chrétienne. Mais cela n'explique pas pourquoi Huguet a t-il tant insisté sur l'aspect gemellaire des deux personnages? 

Il semble que les reliques des saints Abdon et Sennen soient à Arles sur Tech en Catalogne. Mais elles furent exposées à Soissons, dans le monastère de saint Médard, et brûlées par les Huguenots. Toutefois la ville de Florence les détient aussi, et ce depuis l'an 370. San-Marco de Venise semble les détenir également depuis le pape Grégoire IV au 9ème siècle... 

 

Voragine ("la légende dorée" écrite au 13ème siècle qui constitue la référence habituelle pour les représentations de l'iconographie chrétienne): 

 

« Abdon et Sennen souffrirent le martyr sous l'empereur Dèce, car cet empereur, puissant à Babylone et dans d'autres provinces, y trouva des chrétiens qu'il ramena avec lui à Cordoue, où il les fit périr dans divers supplices. Et deux princes du pays, Abdon et Sennen, recueillirent les corps de ces martyrs et les ensevelirent avec honneur. Décius les envoya à Rome chargés de chaînes, et ils furent amenés devant le sénat et devant l'empereur, et on leur dit que s'ils voulaient sacrifier, on leur rendrait leurs Etats, sinon, qu'ils seraient livrés aux bêtes.Ils restèrent fermes, et ils crachèrent au visage des idoles ; et on les conduisit au cirque, où l'on lâcha deux lions et quatre ours. Et ces animaux ne leur firent aucun mal ; au contraire, ils se mirent à les protéger. Alors on perça les martyrs à coups d'épée, et, après leur avoir lié les pieds, on les traîna et on les jeta près du temple du Soleil. Et, après qu'ils y eurent demeuré trois jours, le sous-diacre Quirin les recueillit et les ensevelit dans sa maison. Ils souffrirent vers l'an du Seigneur deux cent cinquante-trois. Au temps de Constantin, il fut révélé où étaient leur corps, et ils furent transportés dans la ville de Pontien, où le Seigneur confère, par leur ministère, de grandes grâces au peuple. »

 

la légende d'Arnulphe 

Arles-sur-Tech était en proie à la fois à la peste, à des catastrophes et à des animaux féroces appelés "simiots" représentés parfois par des singes monstrueux (en catalan simi = singe)... 

Afin d'en finir avec cette série de catastrophes, l'abbé Arnulphe décide de partir pour Rome, et d'y obtenir quelque secours du pape. La suite nous est racontée par Prosper Mérimée (Notes d'un voyage dans le Midi de la France, 1835) : 

"Un saint homme nommé Arnulphe, résolut d'aller chercher des reliques à Rome pour guérir l'épidémie et chasser les animaux féroces. Pendant longtemps ce fut l'unique remède dans toutes les calamités. Arrivé à Rome, Arnulphe exposa au Saint-Père la misère de ses concitoyens et lui présenta sa requête. Le pape, touché de compassion, l'accueillit avec bonté, et lui permit de choisir parrni les reliques conservées à Rome, exceptant toutefois celles de saint Pierre et d 'un certain nombre de saints, dont il eût été imprudent de se dessaisir. 

Arnulphe était embarrassé pour se décider, après avoir passé tout un jour en prières, il s'endormit et eut un songe dans lequel deux jeunes hommes lui apparurent: « Nous sornmes, dirent-ils, Abdon et Sennen, saints tous deux. De notre vivant, nous étions princes. La Perse est notre patrie. Nous avons été martyrisés à Rome, et nos corps sont enterrés en tel lieu ; exhume-les et porte-les dans ton pays, ils feront cesser les maux qui l'affligent. » 

 

Le lendemain, Arnulphe, accompagné d'une grande foule du peuple, et suivi de travailleurs pourvus d'instruments convenables, fit fouiller l'endroit indiqué. On trouva bientôt les corps des deux jeunes gens, parfaitement conservés, reconnaissables pour saints à l'odeur. Il les exhuma en grande pompe, et se disposa à les emporter. Arnulphe était un homme prudent ; il pensa que, pendant le long voyage qu'il avait à faire pour retourner dans son pays, il pouvait trouver bien des gens qui voudraient s'approprier le trésor qu'il portait, car on se faisait peu de scrupule alors de s'emparer, même par force, des reliques de vertus bien constatées. Pour détourner les soupçons, il mit ses saints dans un tonneau enfermé dans un autre beaucoup plus grand, qu'il remplit d'eau. Dès qu'il fut en mer, les rnatelots firent un trou au tonneau, croyant qu'il contenait du vin ; mais, s'étant aperçus qu'il n'y avait que de l'eau, ils ne poussèrent pas plus loin leurs recherches. Je passe rapidement sur les evenements du voyage, tempêtes apaisées, vents favorables et le reste. Arnulphe, débarque à Reuss avec ses reliques en double futaille, entendit toutes les cloches sonner d'elles-mêmes et se garda bien d'expliquer la cause de la merveille. 

 

Le chemin de Reuss à Arles était alors extrêmement mauvais et pratiquable seulement pour les mulets. Le tonneau est donc chargé sur un mulet, et le saint homme, avec un guide, se met en route. Dans un sentier dangereux, bordé d'affreux précipices, le muletier, homme grossier et brutal, crut qu'il fallait donner du courage à sa bête et lâche un gros juron. Soudain, le mulet tombe dans le précipice et disparaît. On juge du désespoir d'Arnulphe. Retrouver le mulet était impossible ; retourner à Rome en quête d'autres reliques ne l'était pas moins. Il prit le parti de poursuivre sa route et de rentrer dans sa ville natale. Quelle est sa surprise et sa joie en rentrant à Arles, d'entendre sonner les cloches et de voir, sur la place de l'église, tout le peuple à genoux entourant le mulet et son tonneau qui avait déjà opéré la guérison des pestiférés et fait déguerpir les lions et autres bêtes féroces. 

 

Arnulphe tira d'abord les saints de leur tonneau et quant à l'eau, il la versa bonnement dans un tombeau vide pour s'en débarrasser, où un lépreux, qui vint s'y laver fut gueri dans l'instant. D'autres malades vinrent bientôt constater la vertu de cette eau miraculeuse. Avertis de sa propriété, les moines du lieu la renfermèrent avec soin et n'en donnèrent plus que pour de l'argent. Elle coûte encore vingt sous la fiole ; mais on n'en donne pas à tout le monde. Il faut en demander en catalan pour en obtenir, et pour avoir parlé gavache j'ai eu le chagrin d'être refusé. » 

Merci Prosper!

D'autres versions disent que c'est le muletier qui aurait volontairement précipité l'âne dans le ravin, et qu'il fut aussitôt frappé de cécité, tandis que l'âne continuait tranquillement son chemin vers la ville. Quant au nom de Reuss, rien à voir avec l'espion Theodor Reuss, il s'agit de Roses, en Catalogne espagnole.

Ce terme de Simiot semble qualifier des hommes un peu trop simiesques sur lesquels un double aspect de l'énergie a un grand pouvoir... 

la légende de Rocaberdi: 

Les simiots auraient habité le château de Rocaberti, près de La Jonquera. Un jour, un voyageur leur demanda l'hospitalité : comme il avait froid, il soufflait sur ses doigts pour les réchauffer, pratique qui étonna fort les simiots ; puis on lui servit une soupe très chaude, et on le vit souffler sur la soupe pour la refroidir. Devant ces faits contradictoires, les simiots prirent le voyageur pour un sorcier, et ils le jetèrent dehors. 

le miracle de la source infinie... enfin, à Arles sur Tech un sarcophage qui, à ce qu'il parait, se remplit tout seul... et qui attire curieux, scientifiques, détracteurs, caméras de télévision, touristes etc.

Les rosicruciens ne manquent pas de remarquer que tout gravite autour de l'énergie double que Spencer Lewis nomme le "noùs", avec les polarités A (vitale) et B (matérielle)... que l'on retrouve stylisée dans la lettre "E" de "l'alphabet secret rosicrucien" et que cette intention se trouve curieusement déjà présente dans toutes ces légende catalanes et dans cette relation mystérieuse entre Abdon et Senen... 

Senen porte sa rose croix sur le coeur et Abdon sur le front... dans les deux positions précises que l'on harmonise dans une salutation devant la shékinah. 

Il y a d'ailleurs une curieuse petite shekinah triangulaire dont le triangle supérieur se prolonge de chaque côté sur la garde des épées comme pour montrer une harmonie entre les deux forces... 

Et puis l'épée d'Abdon se trouve discrètement branchée en haut dans une sorte de triangle céleste... 

Bref, nous voyons ici un témoignage d'une connaissance rosicrucienne avancée alors que nous sommes au 15ème siècle... Etrange, non?

Partager cet article

Repost 0
Published by lebistrotdelarosecroix.over-blog.com - dans Christianisme
commenter cet article

commentaires

Blasphémateur 05/08/2011 08:19



Faudrait penser à installer un ascenseur dans le bistrot car arrivé en bas de page, on est trop crevé pour remonter. Sympa, on sent tout de suite la question fatidique:  qui sera elle? Tata
rose croit aux mots roses, elle veut aussi tater de son épée. La vilaine!


Elle pète et contrepète: Vise la bête et envoie la vite à l'abbé !


Drole de barenthèse godverdammi noch e moll!



Perceval 27/08/2010 10:27


Dis moi, ton peintre là... Deux mecs, une épée en haute, l'autre en bas... Un rouge, un noir... Bref, tout comme dans un jeu de carte quoi! Encore un lien avec le bistrot!


Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • lebistrotdelarosecroix.com
  • : Site décalé, ouvert aux chercheurs de lumière et offrant la possibilité de trouver celle-ci au fond d'un verre virtuel autour d'un comptoir virtuel, avec des conversations virtuelles mais offrant des réponses réelles aux attentes des chercheurs.
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Les Trésors de la Cave

Pour trouver ou retrouver un ancien message du Bistrot portant sur un sujet particulier, prenons par exemple le mot "XXXXX", il suffit rechercher sur google, bing, yahoo, etc:

XXXXX "lebistrotdelarosecroix.com"

Derniers Articles

  • Le Livre des Initiés
    Depuis quelques mois, le Bistrot s'est efforcé de faire ressortir au jour certains événements instructifs du mysticisme du 18e siècle reliant Louis-Claude de Saint Martin, Jean Baptiste Willermoz et Églé de Vallières (l'Agent Inconnu). Pour suivre le...
  • Vivant de Maat
    Il était d'usage en Egypte d'utiliser, pour les dignitaires, des éloges exagérés que nous nommons des "formules d'eulogie". Ces formules ont toujours au départ une signification profonde. L'inscription ci-dessus se lit "ANKH MAAT" et se traduit par "Vivant...
  • Le Chaudron aux Oreilles d'Or dont le Fond est resté noir
    Il y avait au 5e siècle avant JC, en Haute Égypte du côté d'Éléphantine une communauté juive qui a laissé au sein des "Papyrus de Yeb", écrits en hiératique, en démotique et en araméen, des traces d'une pensée assez typique et différente de la pensée...
  • Confession de Maat, 32e Ligne
    Le Bistrot de la Rose+Croix propose aujourd'hui la traduction (inédite) de la 32e ligne de la Confession de Maat. L'âme subit le jugement d'Osiris et fait référence à l'enseignement de Saou: "Ô Être, toi, le Maître des Deux Cornes qui émane de Saou (Saïs),...
  • La Loi des 3L et le Maître des Deux Cornes
    La représentation ci-dessus s'adresse à certains Habitués du Bistrot qui n'ont pas pris conscience de la portée extraordinaire du symbole du soleil entre les 2 cornes de Neith... C'est ce que les Rosicruciens américains nommaient en interne au 20e siècle...
  • Le Soleil entre les Cornes de Neith
    Voici le témoignage d'Hérodote au 5e siècle avant JC: "Il y avait à Saïs, dans le palais d'Amose, une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil." Nous sommes à la...
  • Les Surprises du Senou, le Bouclier de Neith...
    A différentes occasions, le Bistrot a évoqué le Bouclier de Neith représenté ci-dessus. C'est naturellement son sens ésotérique qui nous intéresse et nous avons compris qu'à ce niveau les deux flèches ou les deux lances représentent les deux forces de...
  • La Déesse Neith
    Le temple principal de Saïs était consacré à la déesse Neith. On reconnait chez Neith les propriétés de la déesse Nout (la "vache Céleste": le cosmique), mais pas seulement: Neith n'est pas une divinité de l'Ennéade Héliopolitaine. Elle est la "terrifiante"...
  • Les Raisons d'un Relevé de Champollion
    Voici un relevé établi par Champollion concernant l'inondation à Saïs. Saïs (Saou en égyptien) est à une cinquantaine de km sur un bras du Nil nommé précisément le Wadi Saïtique. N'est-ce pas intéressant de comprendre pourquoi Champollion cherchait à...
  • Saou le Berger et le Boomerang Égyptien
    Voici (à gauche) le hiéroglyphe "saou" qui représente le berger, ou plus généralement le gardien. Comprendre à quoi correspondent le bâton courbé et la boucle qui pourrait être un morceau de corde ou de cuir est une véritable énigme. De nos jours encore,...

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Le Bistrot sur Mobile

 Cliquez!

mobile.jpg

Les Confidences Du Bistrotier

Contacts Privés

enveloppe.jpg