14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 22:33

lapasse"Ontologie" est un terme peu utilisé. Ontos, "Oντος", en grec, est le participe présent du verbe "être". C'est donc la "science de l'étant" (*). Lewis la définissait comme "la véritable science de tout être". Mais naturellement le mot science devant lequel on aurait tendance à passer sans réfléchir, est à comprendre d'une manière rosicrucienne...

 

En effet, si tout le monde est d'accord pour dire que le mot science vient de "scientia" qui signifie connaissance. Les matérialistes la limitent à l'univers du savoir humain, alors que les mystiques ("les étudiants des Mystères") conservent dans leur approche de la science sa dimension spirituelle.

 

Sous cet angle, l'ontologie rosicrucienne, devient la manière d'avancer en étudiant la relation entre matérialité et psychisme, et la "première loi de l'ontologie" se trouve "démontrée" lorsque l'étudiant a franchi la première étape: la prise de conscience de la dualité de son être...

 

Dans l'extrait qui suit, celui que les rosicruciens considèrent comme le Grand Maître de la Rose+Croix de Toulouse, le Comte Louis Charles-Edouard de Lapasse, présente à sa façon l'ontologie rosicrucienne. Son exercice de style est sobre et discret, il ne parle ni d'ontologie, ni de rosicrucianisme... 

 

"L'homme peut abréger son existence par des désordre ou des passions., mais de cette puissace de destruction, il résulte nécessairement que nous devons posséder aussi une faculté de conservation, sans quoi il faudrait admettre que la volonté créatrice aurait "voulu à demi", ou n'aurait pas parachevé son travail.

 

L'art de fabriquer des alumettes, celui d'élever des lapins ou de tirer les cartes ont chacun leur doctrine et leur code spécial; il n'y a que celui de prolonger la vie dont nous ignorons également la théorie et la pratique.

 

Il est temps d'appeler l'attention des hommes studieux et intelligents sur cette lacune de la science.

 

Une première question se pose: a t-on exactement défini la vie?

 

Commençons par l'examen des faits...

 

Le premier qui se présente avec un caractère de certitude est la double nature de l'homme.

Nous tenons à la terre par notre corps, au ciel par la pensée.

 

D'un côté, un masse de matière identique, par ses éléments à celle qui compose la croûte terrestre de notre globe (**); de l'autre un principe immatériel et intelligent.

 

Cett identité de composition a été pour la première fois révélée à l'homme dans les livres de Moïse:

 

"Formavit Deus hominem de limo terrae, terra de quâ sumptus es..."

(Dieu forma l'homme du limon de la terre, terre d'où il a été tiré)

 

Les savantes analyses de la chimie moderne ne sont pas autre chose qu'une démonstration pour les yeux et les mains de cette vérité incontestable, qui, peut-être se rattache par une liaison mystérieuse, aux harmonies de la création et aux lois de la vie unniverselle.

 

L'intelligence est de par sa nature impérissable. Le sens intime nous l'apprend aussi bien que les livres saints; elle est une dans son essence, qui, suivant la belle parole de la Genèse, "est née un jour sous la puissante émanation du souffle divin": 

 

"Inspiravit in faciem ejus spiraculum vitae, et factus est homo in animam viventem?

(il insuffla sur son visage une souffle vital et l'homme devint une âme vivante).

 

Mas pendant toute la durée de la vie, elle est tellement et si étroitement liée à la matière, qu'elle subit les impressions de toutes les modifications de nos organes; et aussitôt que ceux-ci, par une cause quelconque , viennent à s'arrêter dans le jeu de leur mécanisme, l'intelligence abandonne le corps, qui n'est plus désormais qu'une masse soumise à toutes les lois des affinités chimiques."

 

Extrait de "l'Essai sur la Conservation de la Vie"

 

(*) Au sujet de "l'étant"Voir aussi le message suivant.

(**)Le terme globe n'est pas un hasard... Dans la version hébraïque de la genèse (traduction Chouraki), l'homme est appelé le "glébeux", l'habitant du globe!

Partager cet article

Repost0

commentaires

Perceval 15/12/2010 13:11



Raspoutine aussi était un "Mystique" qui pronait la rédemption par le péché. Les dames venaient se vautrer dans son lit pour trouver leur salut. Il y a des fois ou le mysticisme fait le lit
du matérialisme...



Sulfate2Cuivre 15/12/2010 10:54



Le texte part un peu dans tous les sens .., je ne me sens pas en terrain exploitable.


Par contre, j'ouvre juste une parenthèse en m'amusant à constater que les "traducteurs" essaient toujours de gommer les erreurs scientifiques des livres soit-disant "saints" et que tu soulignes
que l'homme était appelé le "glèbeux" dans une traduction d'André Chouraqui (Ce qui mettrait en évidence que la terre n'était pas plate selon l'ouvrage sacré). Un sous entendu que je ne peux
laisser passer étant donné le nombre de versets qui démontrent clairement les croyances débiles sur la place, la forme et l'immobilité de la terre dans la "création"!


Je referme donc cette courte parenthèse en soulignant que je ne comprends vraiment le couplet sur la "science" qui ferait presque passer ce qui est indémontrable scientifiquement pour de la
science avec toujours cette curieuse manie de vouloir opposer le matérialisme à la spiritualité.


 






Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier