21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 13:03

lion-beaujeu-bistrot.jpg
 

Il sera difficile de ne pas revenir sur le message qui évoquait le mystérieux sujet du "Saint Désir"...

 

En attendant, le Bistrot propose une intéressante énigme templière, généralement insoupçonnée, mais au sujet de laquelle la médiatisation de quelques informations devrait contribuer à ce que l'année 2015 joue un rôle important de révélateur...

 

C'est un thème relié au rosicrucianisme, aux Templiers et à bien d'autres pôles d'intérêts du domaine mystico-ésotérique, un thème que l'on sort du silence avec une certaine émotion quand on sait avec quelle facilité beaucoup de ceux qui ignorent encore son existence ne vont pas manquer de se l'approprier rapidement en le polluant! 

 

L'histoire pourrait commencer en 1273, lorsque Guillaume de Beaujeu fut nommé Grand Maître du Temple.

 

La "règle du Temple" stipulait qu'il devrait se rendre immédiatement en Terre Sainte, mais lui ne parviendra à Saint Jean d'Acre que deux ans plus tard...

 

walid-bistrot.jpgWalid Nazim, un buveur occasionnel du Bistrot qui est un spécialiste du sujet, a mené son enquête en compulsant les Chroniques de l'époque, pour découvrir que le Grand Maître se livrait officiellement à un tour des commanderies de France et d'Europe...

 

Or, cette fonction relevait du Grand Visiteur du Temple et l'idée qu'un Grand Maître fraichement nommé se mette à jouer au Visiteur du Temple pour faire en quelque sorte du tourisme souterrain était assez incongrue.

 

Les habitués du Bistrot seront tentés de penser que Guillaume de Beaujeu jouait peut-être au "Moine Rouge"...

 

L'histoire chrétienne précise qu'en 1274, la ville de Lyon accueillait son deuxième Concile et Guillaume de Beaujeu y participa en voisin...

 

C'est vers cette époque que Lugdunum, la colline de Lugus, le dieu celte de la lumière devint Lyon en reliant deux rives du Rhône par un premier pont.

 

Le lion, symbole solaire, est vraisemblablement un héritier de ce "Lugus" et la légende raconte que la ville de Lyon prit un "Y" au lieu du "I" de "lion" en raison de la forme particulière des deux fleuves qui sont reliés: le Saone et le Rhône.

  

Comme à l'habitude, le Bistrot ne manque pas de révéler ici un secret gardé cette fois par les initiés lyonnais: "un 3e fleuve coule en fait à Lyon, c'est le Beaujolais"...

 

Et justement, à cette époque, les terres de Beaujeu, dont en particulier le Beaujolais, s'étendaient aux portes de Lyon, incluant la colline de la Croix-Rousse qui était à l'époque un endroit encore "sauvage".

 

D'ailleurs c'est à cette époque que le Mont Salvage (le Mont Sauvage) devint la Croix-Rousse qui est devenu de nos jours un quartier de Lyon...

 

C'est aussi à cette époque que l'initié germanique Wolfram von Eschenbach révélait dans son Parcifal (Perceval) que le Mont Salvage était l'endroit où se cachait le Graal.

 

Et les Buveurs du Bistrot pourraient déjà suggérer que cette Croix-Rousse cachait donc ce que l'on nomme de nos jours la Rose+Croix... Mais n'anticipons pas!   

 

Précisons simplement, pour commencer, que Guillaume de Beaujeu était le seigneur du territoire dans lequel, en 1959, fut découvert un mystérieux souterrain constituant en particulier 16 croix gigantesques.

 

Tout ne monde ne fut pas mis au courant, mais les "initiés" du 20e siècle les surnommèrent les "Arêtes de Poisson"...

 

Le blason ci-dessus est celui de Beaujeu. Il comporte l'animal caractéristique que l'on retrouve aussi dans la ville de Lyon mais auquel s'ajoute ici un mystérieux "lambel aux  5 pendants", qui n'a aucune justification officielle particulière, mais qui suscite évidemment l'interrogation des chercheurs qui pourraient y voir une allusion aux "arêtes"...

 

Le site des "arêtes" est réputé dangereux.

 

Il est naturellement interdit au public!...

 

Mais en attendant que le Bistrot, revienne sur cette merveille du sous-sol lyonnais, le mieux est de profiter de la vidéo suivante.

 



 

Et voici le lien vers l'ouvrage de référence écrit par Walid Nazim, "l'Enigme des Arêtes de Poissons".

 

Les libraires racontent que c'est un de ces livres que les chercheurs achètent généralement une première fois pour l'offrir et une deuxième fois pour leur usage privé... (Cliquer sur le livre) 

 

 

enigme-aretes-poisson-livre.jpg 

(à suivre...)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Virant de la Roche 23/12/2014 20:33


Bonsoir fm,


 


Et oui, c'est une seconde brisure, c'est-àdire les armes d'un fils ne pouvant porter celles de son père car n'étant pas l'aîné... L'histoire des familles nobles est pleine d'armoiries dont les
brisures devinrent si complexes qu'il devient quasi impossible, sans armorial s'y référant, de connaitre la Maison d'origine...


 


Fraternellement

fm 23/12/2014 19:51


Merci Virant,


Merci pour ton éclairage. Effectivement un lambel à 3 pendants indique un détachement du tronc initial, une brisure. La question est de savoir pourquoi 5 pendants. Une deuxième brisure? Bien
fraternellement 

Virant de la Roche 23/12/2014 18:50


Bonjour le Bistrot,


Quelque peu amateur d'héraldique,  cette partie de l'article du "Patron" m'a suggéré de lui donner un complément: "Le blason ci-dessus est celui de Beaujeu. Il comporte l'animal caractéristique que l'on retrouve
aussi dans la ville de Lyon mais auquel s'ajoute ici un mystérieux "lambel aux  5 pendants", qui n'a aucune justification officielle particulière, mais qui suscite évidemment l'interrogation
des chercheurs qui pourraient y voir une allusion aux "arêtes"..."


La raison d'un lambel sur des armoiries suit une règle héraldique bien connue; il est
donc étonannt de bâtir sur celui-ci un "mystère"... Le plus simple est de consulter les textes qui s'y réfèrent, dont la page 320 de l'ouvrage de Claude-François Menestrier, publié en 1696 et
intitulé: "Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, justifiée par chartes..." (le titre de l'ouvrage est extrêmement long !) Si je le pouvais, je joindrais bien volontiers une copie de
page de cet ouvrage, passage traitant du sujet de ces armes aux lambel, portées par les Beaujeu.


 


Quant à la complexité des liens de la famille de Beaulieu, il est intéressant de lire :
" Mémoire pour servir à l'histoire de Dombes " par Louis Aubret, d'après M.-C. Guigue, Tome 1 - 1868.


 


Bien fraternellement

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier