18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 10:13

dame-shalott-sort.jpg 

Nous voici à la 4ème étape de notre étude sur le "Cercle de Waterhouse", après Ophélie, La Dame de Shalott, et le Cercle Magique... Il faut rappeler que ces étapes ne sont pas des degrés d'évolution comme dans un cheminement initiatique, mais des formes différentes de manifestations d'un état intérieur de frustration.

 

Cette fois, la  Dame de Shalott,  dans un éclair de lucidité a jeté un regard par la fenêtre et elle a vu Lancelot. L'envoûtement qui pèse sur elle est rompu, mais sa charge affective qui lie les constructons mentales accumulées est trop importante pour qu'elle sorte sainement de sa situation... Son blocage au niveau du cœur et son manque de lucidité ne peuvent que la mener qu'à sa perte.

 

Le miroir circulaire éclate. Il renvoyait à la personne la vanité ses propres pensées, ses spéculations, (de speculum = le miroir). Evidemment chez une personne moins enténébrée, le miroir peut permettre au visionnaire d'accéder à l'infini... Mais chez cette personne coupée du monde extérieur, le miroir lui renvoyait seulement sa propre existence. Le miroir se révélait un outil d'enfermement négatif: la femme victorienne, privée d’activité, cherchait dans son miroir la confirmation de sa propre existence.  

 

Enfin, la Dame de Shalott sort de la protection du cercle mosaïque, son tissage la lie à son siège ce qu'elle ne pouvait savoir, étant assise...

(à suivre...)

 

 

Partager cet article

Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 16:41

 

cercle-magique-waterhouse.jpg

Après "Ophélie", désespérément soumise et la "Dame de Shalott" désespérément amoureuse, voici le degré suivant de frustration, exprimé par Waterhouse, chez la femme victorienne: le "cercle magique".

Notre héroïne ne résout toujours pas son enfermement, mais tente inconsciemment de l'assumer en le sublimant par de la magie sombre:  elle se fait magicienne. Une femme apparemment forte mais toujours enfermée dans son monde d'illusion. 

Comme naturellement l'épanouissement psychique n'est pas au rendez vous, le niveau vibratoire de son aura n'est pas spécialement élevé et notre sorcière a grand besoin de la renforcer pour ses rituels en créant un puissant cercle protecteur...

Le cercle est tracé négativement (dans le sens inverse des aiguilles d'une montre), et il tient quelques volatiles sombres à l'écart. Nous sentons bien sûr un rituel de pouvoir qui vise la conquête d'un homme.

La magicienne porte d'ailleurs autour de son cou un autre cercle constitué par un serpent, un ouroboros (le serpent qui se mort la queue) qui exprime son emprisonnement sans fin dans le monde d'en bas.

Ce tableau connaitra en 1886 un grand succés à la Royal Academy de Londres, bien que Waterhouse l'ait peint à la française avec des pinceaux plats et des touches brisées car il exprimait une représentation inhabituelle qui ne dissonnait pas: un aspect potentiel de sorcière chez la femme victorienne!

(à suivre)

Partager cet article

Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 13:07

Le Cercle Magique dame-shalott-1.jpg 

La "Dame de Shalott" est désespérément amoureuse de Lancelot... Le mythe veut qu'elle soit enfermée dans une tour et ne puisse voir le monde extérieur que dans un miroir.

Ce magnifique tableau de Waterhouse sera pour nous la suite d'Ophélie. Le sol carrelé prend prétexte d'une dualité: sortir de son monde ou rester à tisser, pour reproduire le dallage noir et blanc des temples rosicruciens ou maçonniques. (Waterhouse devait probablement appartenir à la Golden Dawn, un mouvement de magie occulte inspiré du rosicrucianisme).

Mais si le cercle infernal, du processus psychique, dans lequel elle s'enferme, était encore invisible chez "Ophélie", il est désormais visible et même omniprésent. Il y a 3 cercles devant elle sur la tapisserie qu'elle tisse, le miroir est également circulaire et les pelotes tombées au sol se sont disposées en cercle...

Naturellement son désir refoulé est d'ordre sexuel. Il s'affiche avec la robe rouge et un symbole subliminal sur le miroir qui exprime l'ambivalence de l'amour (le cœur) et de la sexualité (une paire de fesses)...

Mais la Dame de Shalott se refuse encore à voir dans le miroir Lancelot aux bras d'une autre...

(à suivre...) 

 


Partager cet article

Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 11:39

ophelie-waterhouse.jpg

 

Voici "Ophélie" du peintre anglais Waterhouse (1849-1917).

Dans Hamlet de Shakespeare, Ophélie apparait comme l'archétype de la femme soumise. Soumise à son père Polonius, soumise à son frère Laërte, soumise au roi, soumise à la reine, elle est naturellement prédisposée à être soumise à son amant Hamlet.

Mais après le meurtre de son père et délaissée par Hamlet, comme elle n'a pas acquis les moyens psychiques de s'assumer, elle se replie dans un cercle infernal: délire, folie, suicide.

Lorsque Waterhouse peint, l'Angleterre du 19ème siècle est en pleine période victorienne et le teint pâle, la mélancolie et la sensualité d'Ophélie expriment, bien sûr, un non-dit: une sorte de degré zéro de la libération féminine qui correspond finalement à la place de la femme passive de cette époque qui est totalement soumise à l'autorité de l'homme...

Naturellement, il serait intéressant de voir les autres degrés d'expression de ce mal-être d'Ophélie, ou, si l'on préfère, de la frustration féminine dans le monde de Waterhouse, influencé par le mouvement "symboliste" de son époque, mouvement qui s'exprimera évidemment dans les "Salons de la Rose+Croix" de Péladan.

C'est la nouvelle enquête du "Bistrot"!

(à suivre)  

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier