11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 09:10

lewis-stage-of-forest.jpg 

Cette peinture de Spencer Lewis de 1937 est particulièrement mystérieuse.

 

Le message est plus subtil que dans ses autres œuvres consacrées à des créations humaines: à priori il n'y a rien de plus qu'un superbe paysage de forêt.

 

Le tableau porte le nom de "Stage of Forest" que l'on peut simplement traduire par "scène de forêt".

 

L'harmonie et la variété des coloris montre à l'évidence que Spencer Lewis n'était pas un barbouilleur, mais un peintre de tout premier plan.

 

Naturellement la dimension particulière du personnage nous incite à chercher les détails cachés dans l'œuvre pour intégrer l'intention du peintre.

 

Nous pourrions nous inspirer de ce passage de Spencer Lewis consacré au développement de la vision mystique qui semble tout à fait adapté à notre étude d'aujourd'hui:

 

""Vous savez que notre vue est assez limitée. Par exemple, lorsqu'une personne commence à étudier l'art de la peinture, elle doit apprendre deux choses: tout d'abord à voir convenablement, ensuite à reproduire sur la toile ce qu'elle voit.

 

La différence entre un bon artiste et un artiste médiocre qui ne connaît qu'imparfaitement l'art du dessin et ne peut peindre que des choses très simples, provient de ce que le véritable artiste a développé ses facultés à un point tel qu'il voit ce que les autres ne peuvent discerner.

 

Lorsqu'une personne inexpérimentée regarde une prairie verte avec ses arbres aux feuilles diversement colorées, ses buissons, son herbe, le tout semble uniformément vert.

 

Au-dessus, elle voit le ciel bleu, simplement bleu. Elle voit aussi des fleurs variées, une route blanche, une petite maison grise, un ruisseau où l'eau scintille, mais, pour son oeil non exercé, il n'y a que du vert, du bleu, du blanc, du gris et un peu de rouge dans le paysage.

 

Par contraste, pour l'artiste qui sait voir, il y a au moins dix nuances de vert, de nombreux tons de bleu, plusieurs teintes de rouge, d'orange, de violet ou de jaune.

 

Le buisson qu'il regarde n'est pas simplement un buisson vert; il a une combinaison de teintes jaunes et bleues si bien mélangées qu'elle forment plusieurs nuances vertes.

 

Ses yeux voient d'une façon analytique ; il sait discerner les nuances exactes de jaune et de bleu et il sait quelles sont les couleurs qu'il doit mettre sur sa palette pour les y fondre et en faire la teinte désirée. Lorsqu'il regarde la couleur orange, il ne voit pas seulement cette couleur comme nous pourrions le faire ; il y voit un rouge et un jaune d'une certaine teinte qui, bien mélangés et fondus, donnent la couleur orange.

 

En outre, l'œil exercé de l'artiste distingue dans le paysage certaines qualités supplémentaires telles que la distance, une certaine profondeur d'atmosphère, un adoucissement de certaines ombres, la perspective et quantité d'autres détails qui échappent à une personne inexpérimentée, même si la beauté du paysage la transporte d'enthousiasme et de ravissement.

 

C'est par la pratique que l'artiste a atteint cette perfection dans la qualité de sa vision. Ses yeux voient davantage et il a un sens plus affiné des nuances qu'il ne l'avait avant d'avoir étudié comment voir et comment observer.

 

C'est donc ce que vous allez pratiquer maintenant. Vous allez apprendre à voir davantage qu'avec vos yeux et à observer au dela du champ ordinaire de vision.

 

Pour cela, vous devez faire abstraction de votre façon habituelle de voir. Si chaque fois qu'il regarde un arbre, l'artiste se bornait toujours à ne percevoir que le vert ordinaire, il ne deviendrait jamais un expert en cette matière. Il faut voir les nuances et non pas la couleur seule.

 

Nous devons apprendre à reconnaître les éléments qui composent une chose et non pas cette chose seule. C'est ce qui fait la qualité du mystique: il voit le cosmique, la force psychique et ce qu'il y a de caché ou de voilé dans les choses. Cela s'obtient par la pratique, par l'étude et par l'observation."" 

 

Dans d'autres de ses écrits consacrés à "the Art of the Rosy+Cross", Spencer Lewis évoque l'art d'un grand peintre, seul capable de "faire passer la Lumière" et nous comprenons qu'il ne s'agit pas seulement de la lumière physique...

 

Il y a toutefois, pour un grand peintre, une petite anomalie au cœur du tableau...

 

En effet, lorsque les troncs des deux arbres se reflètent dans la rivière, les troncs sont plus long que nature.

 

Naturellement Spencer Lewis est trop malin et trop talentueux pour laisser passer sans une intention particulière une anomalie de perspective. Supposons un instant que le dessin représente exactement la pensée de l'artiste et qu'il n'y ait pas d'erreur...

 

lewis-2-arbres-triangle.jpgTout se passerait comme s'il y avait sur l'autre rive deux grands troncs tenant un petit toit triangulaire. Ce n'est pas hyper sûr, mais cela suscite une interrogation...

 

En effet les deux arbres, émanant d'un triangle, expriment le fameux "Noùs", double dans son essence et triple dans sa manifestation. Il y a les deux arbres représentant "l'esprit" (le gros tronc) et la "force vitale" (le tronc plus mince), tandis que notre concience constitue un troisième point...

 

Interrogation..., spéculation..., méditation... Notre interrogation sur les deux arbres se trouve attirée par un autre détail...

 

En effet tous les arbres du paysage sont doubles...

 

La forêt de Lewis représenterait donc le monde de la dualité, la "forêt des erreurs" dans laquelle l'humanité, ou plus simplement l'être humain, fait un "stage" avant que sa conscience ne l'élève au dessus.

 

Nous comprenons mieux ainsi le sens du "Stage of Forest": le mot stage anglais rassemble des idées différentes comme le stage, la scène, l'organisation, l'étape... et le tableau exprime simplement cette étape... 

 

 

wikipedia amazon doctissimo rose-croix aufeminin amorc

Partager cet article

Repost 0
Published by lebistrotdelarosecroix.com - dans Peinture
commenter cet article

commentaires

fm 12/08/2012 18:50


Juste pour préciser une erreur de ma part. C'est bien "Atalanta Fugiens"... Ma mémoire m'avait trahi!

AegidiusREX 12/08/2012 11:24


Merci, cher fm, de ton accueil, car je me demande toujours si ce n'est pas un peu déplacé de se faire sa propre petite pub dans un autre site, fût-il décalé comme celui-ci.


On dira plutôt fugiens car il y a un i au verbe fugio, fugiens est le participe présent du verbe fugio et signifie donc littéralement “(s'en)fuyant” ou “qui (s'en)fuit”.


Ce participe présent a différents usages, il peut aussi bien signifier selon les contextes le fait que quelque chose finisse (e.g. la fin du mois, fugiens mensis) et donc aussi que quelque chose
puisse finir (e.g. fugiens donum, don périssable), que l'inverse de ce sens à savoir qu'une chose ne vieillit pas à la manière de Dorian Gray, on dit exempli gratia “fugiens vinum”, vin qui ne
vieillit pas.


Il se peut très bien qu'Atalanta soit conçue comme ne vieillissant pas mais je ne connais pas du tout le contexte.


Je veux bien regarder ton document sans garantie aucune car je ne sais rien de tout cela.


Vale et vis sit tecum
AegidiusREX

fm 12/08/2012 10:26


Merci Gilles,


Oui, c'est intéressant, je l'avais consultée hier et j'ai compris la différence entre une fugue et un canon... Tu es toujours impressionant de facilité!


L'idée me vient ce matin de te soumettre, si tu le veux bien, "atalanta fugens" de Michael Maier. Je dispose d'une copie de cet ouvrage rosicrucien en latin du 17e siècle qui comporte 50 fugues,
50 gravures et 50 épigrammes de 6 vers latins. Il est (mal?) traduit par "atalante fugitive" mais "fugens" doit certainement être en rapport avec les fugues...


Pour comprendre le texte original, outre l'ouverture mystique, il convient de maîtriser un certain niveau de latin et de musique, ce qui de nos jours n'est pas donné à tout le monde, mais la
fusion des lumières individuelles du bistrot pourrait rendre possible un tel exploit!


Ad rosam per crucem, ad crucem per rosam.


 

AegidiusREX 12/08/2012 09:44


Puis-je signaler aux buveurs amateurs de musique de ce site décalé une nouvelle vidéo que j'ai mise en ligne sur ma chaîne YouTube intitulée “Qu'est-ce qu'une fugue ?”


http://youtu.be/C2himJihQE0


Valete omnes et vis sit vobiscum
AegidiusREX

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • lebistrotdelarosecroix.com
  • : Site décalé, ouvert aux chercheurs de lumière et offrant la possibilité de trouver celle-ci au fond d'un verre virtuel autour d'un comptoir virtuel, avec des conversations virtuelles mais offrant des réponses réelles aux attentes des chercheurs.
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Les Trésors de la Cave

Pour trouver ou retrouver un ancien message du Bistrot portant sur un sujet particulier, prenons par exemple le mot "XXXXX", il suffit rechercher sur google, bing, yahoo, etc:

XXXXX "lebistrotdelarosecroix.com"

Derniers Articles

  • Comment les Egyptiens représentaient un Égrégore
    Commençons pour changer par comprendre le déterminatif qui exprime à droite un groupe d'hommes et de femmes. C'est notre foule... Le hiéroglyphe de gauche est un trilitère, c'est à dire un ensemble de 3 lettres "D", "M" et "Dj". La foule se prononce donc...
  • Le Livre des Initiés
    Depuis quelques mois, le Bistrot s'est efforcé de faire ressortir au jour certains événements instructifs du mysticisme du 18e siècle reliant Louis-Claude de Saint Martin, Jean Baptiste Willermoz et Églé de Vallières (l'Agent Inconnu). Pour suivre le...
  • Vivant de Maat
    Il était d'usage en Egypte d'utiliser, pour les dignitaires, des éloges exagérés que nous nommons des "formules d'eulogie". Ces formules ont toujours au départ une signification profonde. L'inscription ci-dessus se lit "ANKH MAAT" et se traduit par "Vivant...
  • Le Chaudron aux Oreilles d'Or dont le Fond est resté noir
    Il y avait au 5e siècle avant JC, en Haute Égypte du côté d'Éléphantine une communauté juive qui a laissé au sein des "Papyrus de Yeb", écrits en hiératique, en démotique et en araméen, des traces d'une pensée assez typique et différente de la pensée...
  • Confession de Maat, 32e Ligne
    Le Bistrot de la Rose+Croix propose aujourd'hui la traduction (inédite) de la 32e ligne de la Confession de Maat. L'âme subit le jugement d'Osiris et fait référence à l'enseignement de Saou: "Ô Être, toi, le Maître des Deux Cornes qui émane de Saou (Saïs),...
  • La Loi des 3L et le Maître des Deux Cornes
    La représentation ci-dessus s'adresse à certains Habitués du Bistrot qui n'ont pas pris conscience de la portée extraordinaire du symbole du soleil entre les 2 cornes de Neith... C'est ce que les Rosicruciens américains nommaient en interne au 20e siècle...
  • Le Soleil entre les Cornes de Neith
    Voici le témoignage d'Hérodote au 5e siècle avant JC: "Il y avait à Saïs, dans le palais d'Amose, une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil." Nous sommes à la...
  • Les Surprises du Senou, le Bouclier de Neith...
    A différentes occasions, le Bistrot a évoqué le Bouclier de Neith représenté ci-dessus. C'est naturellement son sens ésotérique qui nous intéresse et nous avons compris qu'à ce niveau les deux flèches ou les deux lances représentent les deux forces de...
  • La Déesse Neith
    Le temple principal de Saïs était consacré à la déesse Neith. On reconnait chez Neith les propriétés de la déesse Nout (la "vache Céleste": le cosmique), mais pas seulement: Neith n'est pas une divinité de l'Ennéade Héliopolitaine. Elle est la "terrifiante"...
  • Les Raisons d'un Relevé de Champollion
    Voici un relevé établi par Champollion concernant l'inondation à Saïs. Saïs (Saou en égyptien) est à une cinquantaine de km sur un bras du Nil nommé précisément le Wadi Saïtique. N'est-ce pas intéressant de comprendre pourquoi Champollion cherchait à...

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Le Bistrot sur Mobile

 Cliquez!

mobile.jpg

Les Confidences Du Bistrotier

Contacts Privés

enveloppe.jpg