1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 10:00

minerva-britanna2.jpg
 

Une formule rosicrucienne affirme que "le message est plus important que le messager".  

 

L'incognito des rosicruciens qui se cachent derrière l'impersonnalité est il destiné à être découvert? 

 

Par exemple, l'auteur du Minerva Britanna se cache derrière le pseudonyme de Henry Peacham.
 

Ce titre de "Mr. of Artes." cache pour les rosicruciens un "maître de l'art".

 

D'ailleurs "artful" en anglais se traduit de nos jours par "rusé".

 

Et même "Peacham" est proche de "peachy" (=génial) et rappelle une vieille expression anglaise: "everything in life is just peachy" (chaque chose dans la vie est simplement géniale).

 

Il convient donc d'approcher ce type d'ouvrages avec un esprit ouvert et le désir profond de travailler sur soi pour trouver sa place dans la fraternité invisible.

 

D'ailleurs est-ce "Minerva Britanna" ou "Minerv A Britanna" qui suggère que "Minerv", issue de la tête de Jupiter est "bretonne" ou "britannique"?  

 

Toujours est-il qu'en "passant entre les piliers", nous entrons dans le théâtre des opérations et pourrions découvrir le visage caché...

 

C'est d'ailleurs le cas... on peut découvrir dans le paysage un profil humain avec des lèvres pincées comme dubitatives ou faisant une moue désabusée...

 

visage cache minerva britanna

 

Ce visage caché attend depuis des siècles silencieusement les rosicruciens!

 

C'est probablement Francis Bacon.

 

N'est-ce pas "peachy"?

 

Et nous devinons sur la couverture une inscription mystérieuse: "Ut alliis me consumo".

 

(article précédent sur le sujet)

Partager cet article

Repost0

commentaires

AegidiusREX 01/11/2013 19:11


Ici, la conjonction ut exprime une comparaison, on peut la traduire par “de la même façon que” car le verbe est au présent (au subjonctif consumam, elle aurait
signifié “en sorte que”), me consumo, je me consume, je m'épuise, aliis, pour les autres (datif).


“Ut aliis me consumo” est plutôt une fin de phrase : de la même façon que j'use mes forces pour les autres.


Cette sentence nous rappelle un autre adage qu'on peut trouver entre autres inscrit sur une chandelle allumée (dans certains métiers, c'est une profession de foi)
“aliis inserviendo consumor”, je me consume en servant les autres, je m'épuise au service des autres.


Valete omnes et vis sit vobiscum
AegidiusREX

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier