21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 18:50

tigre-mangeant-cervelle.JPG 

Chaque être rencontre des épreuves dans sa vie: la souffrance, la maladie, la mort...

 

Les mystiques avancés subissent ces épreuves comme les autres, mais ils parviennent toujours à les surmonter efficacement pour ne jamais inspirer la pitié ou culpabiliser les autres.

 

Tout au contraire, ils parviennent toujours à rayonner la vie, le bonheur, la santé... 

 

Mais les chercheurs de Lumière sont toujours surpris par la manière constante, régulière et progressive dans laquelle chutent certains êtres à partir de cette culpabilité (le tigre) qui est axé sur le "plexus solaire" comme de précédents articles l'avaient proposé: (voir "les joyaux de manipura" et "la porte du tigre").  

 

Cette dépravation commence toujours par des problèmes d'ego, une sorte de guerre intérieure, qui détourne la notion de service, fait fréquenter en permanence des basses vibrations, avec un environnement quasi permanent de rebellion, de traîtrises, de tromperies, de séparations, tandis que la mort est omniprésente...

 

Parfois ces difficultés permettent à une grande intelligence de s'exprimer, mais sans cette capacité qu'ont les mystiques de se détacher et d'en faire le tour.

 

En fait, en plus du problème lié au plexus solaire, le coeur se charge d'attaches sombres et ils demeurent insensibles au sens de ces épreuves qui les frappent de plein fouet.

 

Alors, nous pouvons nous étonner que le talent de ces êtres fascine toujours certaines personnes. Mais celles-ci ont un profil précis pour justifier une sensibilité au partage des épreuves lourdes correspondantes.

 

Ces personnes, bien qu'elle ressentent les caractéristiques sombres et morbides, ne parviennent pas à s'éloigner. Leur ego semble caressé dans le sens du poil... Il est fasciné et la personne s'attache, là où le mystique authentique fuirait pour chercher la Lumière.

 

Il y a quelques temps nous évoquions avec prudence le profil étonnant d'Aleister Crowley qui se considérait comme la réincarnation d'Alphonse Louis Constant (1810 - 1875), que l'on connait généralement mieux sous son pseudonyme d'Eliphas Levi sous lequel il fut promoteur de la magie au 19ème siècle.

 

C'est précisément sur la culpabilité intérieure d'Eliphas Levi que nous penchons prudemment aujourd'hui: elle est instructive par son impressionnante gamme d'erreurs fondamentales à éviter!

 

La première chose qui se constate à l'étude de sa biographie, est l'absence de mention concernant son père.

 

Tout porte à croire que son père fut effectivement absent et que ce fut le prétexte pour que Louis Constant, enfant, prenne déjà sur lui une certaine culpabilité.

 

Marqué par une éducation chrétienne, il entra au séminaire pour devenir prêtre, mais à 25 ans, alors qu'il allait recevoir l'ordination, il s'enfuit avec Adèle, une jeune fille dont il avait la charge, à la suite de quoi sa mère se suicida.

 

Ce sombre détail révèle d'une part que la mère véhiculait un modèle vivant du processus de culpabilité et que Louis Constant, enfant, cherchait donc en vain à s'en libérer.

 

Toujours est-il que, comme disent les psy, "l'affect" (la culpabilité) prend chez Louis Constant "un contenu représentatif" (la mère): il portera désormais sur lui la charge de sa mère donc il a consciemment et inconsciemment provoqué le suicide...

 

La pathologie devient donc lourde... Culpabilité, action, culpabilité, action contraire... et la suite de la biographie n'est qu'une longue description de ce processus.

 

Adèle, sa  jeune compagne et lui se séparent peu après.

 

Il hésitera alors entre devenir moine trappiste ou suivre la socialiste Flora Tristan, dont il devient amoureux, dans un militantisme révolutionnaire...

 

Finalement il découvre le bas spiritisme avec une nouvelle compagne, Delphine dans une brève relation.

 

Il entre alors à l'Abbaye Bénédictine de Solesme où il écrivit une œuvre, "le Rosier de Mai" (1839) qui le fait virer de l'Abbaye...

 

Il rédige ensuite la Bible de la Liberté (1841) qui l'enverra en prison...

 

En 1842, il sort de prison et prend le nom d'Abbé Beaucourt, pour écrire contre le christianisme: "la Mère de Dieu"...

 

En 1846, il fait un enfant à Eugénie et se marie avec Marie-Noémie...

 

En 1847, Marie-Noémie lui donne une fille, mais à sa naisance, lui, le père est absent. Il est à nouveau en prison. La fille mourra 7 ans après.

 

En 1848 il se singularise par des activités anarchistes et en 1851 il publie son "dictionnaire de littérature chrétienne".

 

En 1851, l'année commence par un évènement sanglant qui plonge Paris dans la stupeur: l'archevêque est assassiné et Louis Constant révèle un rêve qui le poursuit et qui s'achève toujours par "vois ton père qui va mourir".

 

Bien sûr, son vrai père est mort depuis longtemps, mais au lieu de chercher à prendre conscience du processus de culpabilité que refuse son être intérieur, il considérera son rêve comme prémonitoire, en supputant que par "son père", il s'agit de l'archevèque et il affirme qu'il ne comprenait pas jusqu'alors le sens de son rêve...

 

Il rompt alors, à sa façon, avec son vrai père et prend désormais le nom d'Eliphas Levi pour se plonger dans la magie kabbalistique.

 

Il écrit alors son "Dogme et Rituel de Haute Magie" et Marie-Noémie le quitte. Leur mariage sera plus tard "annulé".

 

En 1853, il vit et raconte une expérience traumatisante en invoquant une entité qu'il considère comme le "divin Apolonius de Tyane", (Apolonius était un magicien, en qui certains voient Saint Paul, mais dont nous pouvons, à juste raison, nous interroger sur le caractère divin...). Toujours est-il qu'Eliphas découvre alors le froid et l'engourdissement de la mort...

 

En 1859, il publie son "Histoire de la magie" et dans une pseudo mise en garde des lecteurs, il évoque les risques de la "Haute Magie": -"elle est dangereuse, n’essayez jamais, vous paierez au centuple les aides que vous croirez obtenir". C'est naturellement à se demander pourquoi il éprouvait le besoin d'écrire tous ces livres!

 

En 1861, l'érudit qu'il est, se trouve admis en franc maçonnerie. Mais une fois parvenu au grade de maître il claque la porte... 

 

Il publiera encore quelques ouvrages de magie, de kabbale et des grimoires jusqu'à sa mort en 1875, suite à des "problèmes de coeur". Comme il l'avait expliqué lui même auparavant ses problèmes d'attachement: "je n'ai jamais fait sciemment le mal, j'ai aimé"...

 

Tandis que les maîtres avancés s'efforcent de s'inscrire humblement dans la lignée éternelle des chercheurs de lumière, le célèbre éditeur Paul Chacornac pourra dire d'Eliphas Levi: -"Constant, fondateur d’école, n’est disciple d’aucune..."

Partager cet article

Repost 0
Published by lebistrotdelarosecroix.com - dans Bistrot
commenter cet article

commentaires

Georges Brassens 22/09/2012 19:45


Un vingt-deux de
septembre au diable vous partîtes,
Et, depuis, chaque
année, à la date susdite,
Je mouillais mon
mouchoir en souvenir de vous...
Or, nous y
revoilà, mais je reste de pierre,
Plus une seule
larme à me mettre aux paupières:


Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui´hui, je m´en fous.

On ne reverra plus au temps des feuilles mortes,
Cette âme en peine qui me ressemble et qui porte
Le deuil de chaque feuille en souvenir de vous...
Que le brave Prévert et ses escargots veuillent
Bien se passer de moi pour enterrer les feuilles:
Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui´hui, je m´en fous.

Jadis, ouvrant mes bras comme une paire d´ailes,
Je montais jusqu´au ciel pour suivre l´hirondelle
Et me rompais les os en souvenir de vous...
Le complexe d´Icare à présent m´abandonne,
L´hirondelle en partant ne fera plus l´automne:
Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui´hui, je m´en fous.

Pieusement noué d´un bout de vos dentelles,
J´avais, sur ma fenêtre, un bouquet d´immortelles
Que j´arrosais de pleurs en souvenir de vous...
Je m´en vais les offrir au premier mort qui passe,
Les regrets éternels à présent me dépassent:
Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui´hui, je m´en fous.

Désormais, le petit bout de cœur qui me reste
Ne traversera plus l´équinoxe funeste
En battant la breloque en souvenir de vous...
Il a craché sa flamme et ses cendres s´éteignent,
A peine y pourrait-on rôtir quatre châtaignes:
Le vingt-deux de septembre, aujourd’hui´hui, je m´en fous.

Et c´est triste de n´être plus triste sans vous

lebistrotdelarosecroix.com 22/09/2012 20:05




Brassens-Le 22 septembre par kitsch



fm 22/09/2012 18:55


Hello Salam!


C'est clair, l'acte est entré dans l'histoire... Il n'est pas question de le refouler, ni de l'enjoliver, ni de l'alimenter: ce serait nourir le tigre de la culpabilité...


En revanche, il y a un traumatisme et il convient de le séparer de la culpabilité.


Il convient de méditer pour en intégrer les raisons... Comme tu l'exprimes, nous nous sommes construits grâce à ça.


Tout cela doit nous libérer de toute idée de vengeance extérieure, il convient naturellement de pardonner aux autres qui ne sont finalement que des variables d'ajustement, mais surtout de se
pardonner à soi même, l'être intérieur, le décideur...


Et tout cela est donc un travail sur le passé destiné à libérer le présent!


Bien fraternellement

salam 22/09/2012 17:48


Souffrir d'un acte que l'on désirerait ne pas avoir commis n'est il pas vain? Car après tout il a bien existé! N'est il pas préférable d'accepter le passé et ses conséquences?


 Le  sentiment d'avoir mal fait ou d'avoir fait mal  n'ajoute rien à la décision de ne pas réproduire cet acte. C'est une violence faite contre soi même et un asservissement. Nous
pouvons être maintenant autrement que ce que l'on a fait avant.

pauvre athée 22/09/2012 01:56


Quant à moi, pauvre athée, non prêtre, j'absouds ce "malheureux qui n'a fait qu'aimer".


Quant à sa magie (question?), sans la "quatrième dimension" des rosicruciens (voir Manuel Rosicrucien) et face à la magie sanglante des 3 monothéismes, y croyait-il seulement quand on voit ses
errements dans divers groupes?


Fraternellement

dictature vaticane 21/09/2012 23:24


Remarquable developpement dans lequel le mot magie ressort, trés
souvent. La pauvre mère "trés chrétienne"à innoculé son
obscurantisme religieux dans le cerveau d'un pauvre gamin, qui durant
toute sa vie à été balloté par des "forces livresques". Oui,
elles ont leurs pouvoirs, forces illusoires qui l'ont trompé. La
culpabilisation vient de la mère, qui pour l'histoire de fesses,
d'un homme normalement constitué, cette mère, donc, 
se suicide. Voici un des méfaits de l' Eglise du Vatican, sur le
célibat des prêtres, et la peur de perdre la considiration des
"bien-pensants" pousse au suicide. Faible âme! Bref le sordide
bilan de la maltraitance culturelle des âmes par des religions, le
terme de religion n'est en fait qu'un euphémisme, pour masquer la
réalité "dictature"!


Fraternellement

Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • lebistrotdelarosecroix.com
  • : Site décalé, ouvert aux chercheurs de lumière et offrant la possibilité de trouver celle-ci au fond d'un verre virtuel autour d'un comptoir virtuel, avec des conversations virtuelles mais offrant des réponses réelles aux attentes des chercheurs.
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Les Trésors de la Cave

Pour trouver ou retrouver un ancien message du Bistrot portant sur un sujet particulier, prenons par exemple le mot "XXXXX", il suffit rechercher sur google, bing, yahoo, etc:

XXXXX "lebistrotdelarosecroix.com"

Derniers Articles

  • Le Livre des Initiés
    Depuis quelques mois, le Bistrot s'est efforcé de faire ressortir au jour certains événements instructifs du mysticisme du 18e siècle reliant Louis-Claude de Saint Martin, Jean Baptiste Willermoz et Églé de Vallières (l'Agent Inconnu). Pour suivre le...
  • Vivant de Maat
    Il était d'usage en Egypte d'utiliser, pour les dignitaires, des éloges exagérés que nous nommons des "formules d'eulogie". Ces formules ont toujours au départ une signification profonde. L'inscription ci-dessus se lit "ANKH MAAT" et se traduit par "Vivant...
  • Le Chaudron aux Oreilles d'Or dont le Fond est resté noir
    Il y avait au 5e siècle avant JC, en Haute Égypte du côté d'Éléphantine une communauté juive qui a laissé au sein des "Papyrus de Yeb", écrits en hiératique, en démotique et en araméen, des traces d'une pensée assez typique et différente de la pensée...
  • Confession de Maat, 32e Ligne
    Le Bistrot de la Rose+Croix propose aujourd'hui la traduction (inédite) de la 32e ligne de la Confession de Maat. L'âme subit le jugement d'Osiris et fait référence à l'enseignement de Saou: "Ô Être, toi, le Maître des Deux Cornes qui émane de Saou (Saïs),...
  • La Loi des 3L et le Maître des Deux Cornes
    La représentation ci-dessus s'adresse à certains Habitués du Bistrot qui n'ont pas pris conscience de la portée extraordinaire du symbole du soleil entre les 2 cornes de Neith... C'est ce que les Rosicruciens américains nommaient en interne au 20e siècle...
  • Le Soleil entre les Cornes de Neith
    Voici le témoignage d'Hérodote au 5e siècle avant JC: "Il y avait à Saïs, dans le palais d'Amose, une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil." Nous sommes à la...
  • Les Surprises du Senou, le Bouclier de Neith...
    A différentes occasions, le Bistrot a évoqué le Bouclier de Neith représenté ci-dessus. C'est naturellement son sens ésotérique qui nous intéresse et nous avons compris qu'à ce niveau les deux flèches ou les deux lances représentent les deux forces de...
  • La Déesse Neith
    Le temple principal de Saïs était consacré à la déesse Neith. On reconnait chez Neith les propriétés de la déesse Nout (la "vache Céleste": le cosmique), mais pas seulement: Neith n'est pas une divinité de l'Ennéade Héliopolitaine. Elle est la "terrifiante"...
  • Les Raisons d'un Relevé de Champollion
    Voici un relevé établi par Champollion concernant l'inondation à Saïs. Saïs (Saou en égyptien) est à une cinquantaine de km sur un bras du Nil nommé précisément le Wadi Saïtique. N'est-ce pas intéressant de comprendre pourquoi Champollion cherchait à...
  • Saou le Berger et le Boomerang Égyptien
    Voici (à gauche) le hiéroglyphe "saou" qui représente le berger, ou plus généralement le gardien. Comprendre à quoi correspondent le bâton courbé et la boucle qui pourrait être un morceau de corde ou de cuir est une véritable énigme. De nos jours encore,...

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Le Bistrot sur Mobile

 Cliquez!

mobile.jpg

Les Confidences Du Bistrotier

Contacts Privés

enveloppe.jpg