17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 10:56

lewis-idoleamour.jpg

 

Curieux nom que "l'Idole de l'Amour", donné par Spencer Lewis à ce tableau...

 

Il se dégage quelque chose d'assez faux du célèbre buste de Nefertiti et Lewis n'est certainement pas dupe, ce que l'on constate en voyant comment les traits de Nefertiti sont rectifiés sur le portrait. Le menton est racourci, le nez est allongé...

 

Un autre détail pittoresque: les seins que la reine égyptienne arbore naturellement comme sur la statue à l'arrière plan et qui disparaissent sur le buste.

 

Tout celà dégage une sensation d'humour et une irréalité qui montre que la scène représentée est une parodie...

 

Autre curiosité, les deux personnages représentés partiellement au dessus de l'artiste tiennent deux hiéroglyphes comme si Lewis voulait attirer notre attention sur leur complémentarité: "ankh" (la croix de vie) et "nefer" (la beauté, la pureté du cœur, la blancheur, et un instrument de musique).

 ankh-nefer-gly-bistrot.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

ricoparigo 17/06/2014 14:24


Un Artiste qui n'embellirait pas, qui "n'arrangerait" pas, ne serait-ce que pour faire plaisir à son/ses clients et son public, et qui  ne s'emparerait pas d'un style qui deviendra sa patte
personnelle et ne détournerait pas une "image" pour la soumettre à sa propre compréhension ne méritarait pas le noble nom d'Artiste, mais de "gestionnaire insipide"... L'oeil de l'Artiste
(quelque soit son art) est la singularité de la compréhension du Monde, le contraire d'un élevage en batterie.

Supertata 20/06/2012 16:47


laisse nous rêver....

fm 18/07/2011 11:45



Un petit bonjour après quelques jours d'absence.


Ce sujet était au cœur des milieux artistiques à la fin du 18ème siècle.


D'un côté Nattier qui enjolivait les personnages par quelques astuces comme agrandire les yeux, et réduire la bouche et faire apparaitre une princesse comme une déesse, une aristocrate comme une
princesse, une bourgeoise comme une aristocrate... L'idée étant d'épanouir la perfection intérieure cachée.


A cela s'opposait le stricte rendu de la personnalité, voir de ses défauts et qui banissait toute idée d'enjolivement, ce qui faisait dire à Diderot: "Monsieur Nattier, vous ne connaissez pas vos
enfants!"


En fait la pensée révolutionaire a tué l'esthétisme de Nattier. 



salamandre 17/07/2011 11:27



Ce qui serait "assez faux" au contraire, c'est que l'artiste ne rectifiasse pas les détails suceptibles de déplaire à l'oeil; surtout à celui du modèle. Même en photographie on a souvent recours
aux retouches.


La reproduction fidèle n'existe guère qu'en photocopie, mais est-ce de l'art?



Geb 15/07/2011 15:44



C'est drôle mais ce texte sur Lewis ce matin,
le buste avec moins de seins, le nez le menton différant etc.  C’est comme notre discussion sur la langue, un peu comme si il voulait nous dire
que l'artiste évolue selon la mode du temps, ou leurs travaillent, au travers de l’évolution artistique et possiblement des modes et décision religieuse fait en sorte qu'il dénature
l'image...



Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • : Le Bistrot de la Rose+Croix est un site indépendant unique. Créé en 2010, il propose régulièrement ses "boissons" aux Chercheurs de Lumière. Ce sont des milliers de messages exclusifs en accès libre, inspirés par la mystérieuse pensée rosicrucienne. Les Habitués du Bistrot apprécient généralement d'en retrouver des traces dans l'Antique Egypte héliopolitaine, mais pas seulement...
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Hymne Rosicrucien 1916

Let There Be Light

 

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Les Confidences Du Bistrotier