25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 17:04

gary-stewart.jpg

 

La quête des enseignements rosicruciens exige à la fois une importante démarche de documentation et de nombreuses expériences de ressentis destinés à valider cette documentation... 

 

C'est en 1924 que les premiers messages qui étaient lus dans les temples de l'AMORC de Spencer Lewis depuis 1915 commencèrent, à titre expérimental, à être adaptés pour être envoyés individuellement aux membres sous forme de monographies.

 
Cette "expérience" dura une dizaine d'année jusqu'à ce que le processus se généralise. Spencer Lewis rédigeant les nouvelles monographies, pendant que les anciennes étaient adaptées.

 
Mais comme les adaptations n'étaient pas faites par Harvey Spencer Lewis, il y eut des erreurs... "Ces modifications prirent des proportions telles que rapidement la pensée de Harvey Spencer Lewis devint obscure et se contredisant parfois elle même avec une certaine arrogance et sans chercher à rectifier ce qui avait été déformé" affirme Gary Stewart (photo) qui est l'héritier officiel des monographies originales de Spencer Lewis et de Ralph Lewis qu'il gère avec sa "Confraternity of the Rosy+Cross". Il précise: "vous seriez surpris de constater à quel point elles sont différentes de celles diffusées dès 1940"...

 

Pour les français, les monographies considérées comme originales sont généralement celles des années 60 qui ont subi en plus les traductions et les adaptations françaises... 

(suite: Lewis en Loge et dans le texte)

Partager cet article

Repost 0
Published by lebistrotdelarosecroix.com - dans Rose+Croix
commenter cet article

commentaires

Jean-Noël 28/04/2011 02:11



Pour conclure cette série de commentaires :


Ce n'est qu'en octobre 1917 que Conrad Lindstedt devint Grand Maître Suprême. Lors de la Convention de jullet/août 1917, HS Lewis cumulait encore cette fonction avec celle d'Imperator.


Conradt Lindstedt écrivit une série d'articles intitulée : L'initiation, sa valeur pratique, sous le nomen de Benevolentia VIII (il était au 8ème degré à cette époque) dans plusieurs volumes de
la revue The American Rosae Crucis de l'année 1917.


Bien fraternellement


JNW



Jean-Noël 28/04/2011 01:58



Bonjour à toutes et tous !


Quant au frère Binimelis, il était le Chapelain Suprême.


En 1917 (du 31 juillet au 4 août), lors de la 1ère Convention de l'Amorc, à Pittsburgh, les officiers suprêmes étaient :


- H. Spencer Lewis, Imperator


- Conrad Lindstedt, Grand Maître suprême


- May Storey William, Suprême Mater


- Thor Kiimalehto, Gran Maitre de l'état de New York


- Andrew Barlow, Porte Etendard de la Grand Loge Suprême (sic !)


- Saidee William Mitchell, Héraut Suprême


- J. Eugène Binimelis, Chapelain Suprême


- Albert B. Brassard, Secrétaire-Général Suprême.


 


Bien fraternellement


 


JNW


 



Jean-Noël 28/04/2011 01:39



Bonjour à toutes et tous !


Une troisième intervention, à propos de la référence aux frères Brassard, Binimelis et Lindstedt qui sont désignés dans la deuxième Confessio comme destinataires du document.


Ces trois frères existent bien. Alfred R. Brassard était le secrétaire suprême de l'AMORC en 1918. Il fut intitié à la Franc-Maçonnerie en même temps que HS Lewis et blackboulé pour le grade de
maître sur intervention de Saunders (ancien éditeur en chef de la revue The American Rosae+Crucis, en 1916).


Ce qui est intéressant, c'est que un mois après la rédaction de la Confessio (mai 1918), Brassard dénonça Lewis à la police : il lui reprochait d'avoir dit à de jeunes rosicruciens qu'ils
pouvaient échapper à la conscription (nous étions en pleine première guerre mondiale) en raison de leur statut de rosicrucien, et d'avoir soutiré de l'argent à certains membres sous la forme
d'obligations or (si ma mémoire est bonne). La police fit une descente (an juin 1918) et arrêta Lewis.


Conrad Lindstedt, était connu sous le nomen de Fra. Fidelis et rédigea de nombreux articles pour les revvues RC. Nous avons reproduit sa photo dans notre communication consacrée à la deuxième
Confessio. En 1917, quand HSL renonça à cumuler les fonctions d'Imperator et de Grand Maître Suprême, c'est Conrad Lindstedt qui fut élu GM suprême.


Bien fraternellement


JNW



Jean-Noël 27/04/2011 22:26



Re-Bonjour !


Deuxième intervention à propos de l'authenticité de la 2è Confessio.


Lewis, de son vivant, à plusieurs reprises, évoque son expérience vécue près de Monterey en Californie. Dans la monographie 49 du 10è degré, il évoque même la rédaction d'un document secret
destiné à être publié après sa transition.


Vous pouvez découvrir le passage en question ci-dessous :





où le lien pour le cas où l'image n'apparaitrait pas dans mon commentaire :


http://www.flickr.com/photos/51869021@N08/5661860157/


Bien fraternellement


JN



Jean-Noël 27/04/2011 19:13



Bonjour Francis, Bonjour à toutes et tous,


Première intervention d'une série qui vient compléter mon précédent message et qui répond également à ton commentaire.


Pour commencer donc, je tiens à préciser que Lewis employait bien l'expression "Brothers and Sisters" dans ses messages, les monographies et dans les "Temple lectures". 


Chacun pourra le vérifier sur cette copie de la lecture no1 du premier degré du Temple....je rappelle à tous que ce sont ces "Temple lectures" qui furent adaptées pour devenir les premières
monographies de l'AMORC.


[url=http://www.flickr.com/photos/51869021@N08/5661276339/][img]http://farm6.static.flickr.com/5302/5661276339_8713f6bcef.jpg[/img][/url]


[url=http://www.flickr.com/photos/51869021@N08/5661276339/]Page 1 de la temple lecture No1 Copy_1[/url] par [url=http://www.flickr.com/people/51869021@N08/]Jean-No Witz[/url], sur Flickr


La Confraternité de Gary Stewart maintient d'ailleurs cette tradition en débutant ses monographies par la formule "(To My) Brothers and
Sisters, Greetings!".


Pour conclure, rien d'étonnant donc qu'un document de la main de Lewis commence par la formule Frères et Soeurs...c'est le contraire qui eût été troublant.


Bien fraternellement


JN






fm 27/04/2011 11:56



Bonjour Jean Noêl, toutes et tous,


Merci Jean Noel pour tes interventions qui sont toujours appréciées.


Il faut admettre que c'est bien difficile pour un rosicrucien actuel d'apprécier l'authenticité à partir des versions traduites. Je prends un exemple simple pour la confessio:


Quand on sait que Lewis écrivait "Fratres and Sorores" et que c'est traduit par Frères et Soeurs, il y a une intention de récupération maçonique ou martinisrte qui me dérange.


Certes je comprends Gary qui évite de jeter une photocopie du texte historique aux quatre vents. Tout cela n'est pas simple.


Pour ma part, je serais prêt à valider la partie qui commence par "donc sachez, vous qui avez le privilège de lire cette confession" jusqu'à la fin et j'avoue que je regrette si j'ai pu jeter la
suspicion sur cette partie.


Mais par exemple le passage qui commence par "en ce dimanche matin, je me trouve dans le sud ensoleillé de notre pays d'Amérique où je dois rencontrer ceux qui comme moi ont trouvé la lumière" me
semble un rajout écrit par une autre personne.


De même le message adressé aux frères Brassard et Binimelis, me semble un faux ou un "patchwork".


Et puis que doit on penser d'un texte sensé être écrit en 1918 qui mentionne quelques lignes plus loin entre parenthèse: "(comme en 1927)"?


Certains seraient tentés de tous balancer. Ce n'est pas mon cas, mais en toute franchise, ma quête d'authenticité est frustrée!


Bien fraternellement!


(je fais référence aux documents crc c03-com9.pdf c03 com10.pdf et c03 com11.pdf)


 


 



Jean-Noël 25/04/2011 23:24



Bonjour à toutes et tous,


Concernant les monographies de la Confraternité de Gary Lee Stewart, pour avoir pu les comparer avec celles diffusées par l'AMORC dans les années 50, j'ai constaté que la traduction française est
particulièrement fidèle aux originaux américains tels que diffusés par la CRC.


J'en profite pour signaler que la Confraternité diffuse bien la Confessio de Lewis (mais à la fin de son 9è degré du Temple) et qu'elle le fait sur la base d'un document authentique de H Spencer
Lewis, et non pas une invention ou un patchwork brodé par Ralph...


Je rappelle que Gary Stewart continue à m'envoyer les monographies de sa confraternité avec l'autorisation d'en faire l'usage qui me semblera bon, fidèle en cela à l'ngagement qu'il a pris en ce
sens lors du convent Cruce Signadorum en l'an 2000, à Manchester.


Bien fraternellement


JN



fm 25/04/2011 21:34



Bonsoir Roland, toutes et tous,


Merci Roland pour ton message.


Du fait que Gary Stewart est dépositaire des écrits de Lewis, il aurait un intérêt objectif à les valoriser. Mais comme il est aussi dépositaire des versions transformées par Ralph, on peut
légitiment s'attendre à ce qu'il exprime simplement la vérité, d'autant que nous avons parfois des éléments pour défendre cette position. Ce texte du bistrot exprime donc verbatim la pensée de
Gary Stewart.


Un détail me préoccupe toutefois, c'est que Spencer Lewis a certainement été témoin de son vivant de certaines déformations et Gary pourrait laisser supposer qu'il n'aurait apparamment rien fait.


Je pense que Lewis devait certainement faire le nécessaire pour corriger les anomalies lorsqu'elles étaient relevées par un membre et que cela permettait précisément au membre de passer ainsi un
test... C'est logique, c'est probable, mais ça reste une spéculation de ma part qu'il faudrait vérifier.


Il faut savoir aussi que Ralph fut secrétaire suprème en 1924 et il n'aimait pas perdre son temps avec les petits détails. Il est possible que Spencer Lewis n'ait pas cherché à empiéter ou à trop
surveiller le travail délégué à son fils.


 D'un autre côté, Gary a logiquement tendance à couvrir Ralph qui l'avait fait impérator et il faut en tenir compte également...


Il y a pour nous quelques parametres à gérer, mais ce n'est finalement pas si compliqué...


Bien fraternellement



roland 25/04/2011 20:27



je penses qu'il y a du vrai; FM dans ce que tu dis même les monographies des années 60 ne sont pas tout à fais originales du moins d'après certains de mes ressentis ce qui serait interressant
serai d'avoir les premières traductions en francais et encore nous devrions pour jomgler mieux avec la langue anglaise cela serais le must pour nous ;frat...


roland



Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • lebistrotdelarosecroix.com
  • : Site décalé, ouvert aux chercheurs de lumière et offrant la possibilité de trouver celle-ci au fond d'un verre virtuel autour d'un comptoir virtuel, avec des conversations virtuelles mais offrant des réponses réelles aux attentes des chercheurs.
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Les Trésors de la Cave

Pour trouver ou retrouver un ancien message du Bistrot portant sur un sujet particulier, prenons par exemple le mot "XXXXX", il suffit rechercher sur google, bing, yahoo, etc:

XXXXX "lebistrotdelarosecroix.com"

Derniers Articles

  • Le Livre des Initiés
    Depuis quelques mois, le Bistrot s'est efforcé de faire ressortir au jour certains événements instructifs du mysticisme du 18e siècle reliant Louis-Claude de Saint Martin, Jean Baptiste Willermoz et Églé de Vallières (l'Agent Inconnu). Pour suivre le...
  • Vivant de Maat
    Il était d'usage en Egypte d'utiliser, pour les dignitaires, des éloges exagérés que nous nommons des "formules d'eulogie". Ces formules ont toujours au départ une signification profonde. L'inscription ci-dessus se lit "ANKH MAAT" et se traduit par "Vivant...
  • Le Chaudron aux Oreilles d'Or dont le Fond est resté noir
    Il y avait au 5e siècle avant JC, en Haute Égypte du côté d'Éléphantine une communauté juive qui a laissé au sein des "Papyrus de Yeb", écrits en hiératique, en démotique et en araméen, des traces d'une pensée assez typique et différente de la pensée...
  • Confession de Maat, 32e Ligne
    Le Bistrot de la Rose+Croix propose aujourd'hui la traduction (inédite) de la 32e ligne de la Confession de Maat. L'âme subit le jugement d'Osiris et fait référence à l'enseignement de Saou: "Ô Être, toi, le Maître des Deux Cornes qui émane de Saou (Saïs),...
  • La Loi des 3L et le Maître des Deux Cornes
    La représentation ci-dessus s'adresse à certains Habitués du Bistrot qui n'ont pas pris conscience de la portée extraordinaire du symbole du soleil entre les 2 cornes de Neith... C'est ce que les Rosicruciens américains nommaient en interne au 20e siècle...
  • Le Soleil entre les Cornes de Neith
    Voici le témoignage d'Hérodote au 5e siècle avant JC: "Il y avait à Saïs, dans le palais d'Amose, une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil." Nous sommes à la...
  • Les Surprises du Senou, le Bouclier de Neith...
    A différentes occasions, le Bistrot a évoqué le Bouclier de Neith représenté ci-dessus. C'est naturellement son sens ésotérique qui nous intéresse et nous avons compris qu'à ce niveau les deux flèches ou les deux lances représentent les deux forces de...
  • La Déesse Neith
    Le temple principal de Saïs était consacré à la déesse Neith. On reconnait chez Neith les propriétés de la déesse Nout (la "vache Céleste": le cosmique), mais pas seulement: Neith n'est pas une divinité de l'Ennéade Héliopolitaine. Elle est la "terrifiante"...
  • Les Raisons d'un Relevé de Champollion
    Voici un relevé établi par Champollion concernant l'inondation à Saïs. Saïs (Saou en égyptien) est à une cinquantaine de km sur un bras du Nil nommé précisément le Wadi Saïtique. N'est-ce pas intéressant de comprendre pourquoi Champollion cherchait à...
  • Saou le Berger et le Boomerang Égyptien
    Voici (à gauche) le hiéroglyphe "saou" qui représente le berger, ou plus généralement le gardien. Comprendre à quoi correspondent le bâton courbé et la boucle qui pourrait être un morceau de corde ou de cuir est une véritable énigme. De nos jours encore,...

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Le Bistrot sur Mobile

 Cliquez!

mobile.jpg

Les Confidences Du Bistrotier

Contacts Privés

enveloppe.jpg