22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 10:20

 france allemagne  

"A la votre, à la votre, la joie d'être ensemble".

 

C'est la chanson traditionnelle de la Fête de la Bière...

 

Il y a 50 ans, le traité de l'Elysée  (22 janvier 1963), était destiné à susciter, par des échanges culturels, de bonnes relations entre les jeunesses allemandes et françaises.

 

Par intérêt pour les faces cachées de l'histoire, le Bistrot relèvera deux grands moments ignorés...

 

Le premier est lié au vin, il se situe avant le traité, lorsqu'au mois de septembre 1958, Charles de Gaulle reçut Conrad Adenauer en visite privée à Colombey-les-deux-Eglises.

 

Les blessures de la guerre n'étaient pas cicatrisées et Madame De Gaulle, que la France des bistrots nommait Tante Yvonne, répugnait à l'idée d'accueillir d'ennemi d'hier:

 

"recevoir un allemand chez moi..." se plaignait-elle en réservant finalement à l'invité un accueil "à la bonne franquette" mais avec une bonne bouteille de Bordeaux.

 

Aux journalistes allemands qui lui demandaient à son retour s'il avait été reçu comme "Gott in Frankreich" ("Dieu en France"), une image allemande du bonheur...   Adenauer répondit simplement: "j'ai été reçu comme un ami de la famille".

 

Le second moment est lié à la rose...

 

6 mois après la signature du traité, des relations privilégiées entre les allemands et les américains réduisaient l'impact du traité avec la France, et, à la veille d'un voyage en Allemagne, De Gaulle déclarait à son entourage: "les traités, voyez vous, c'est comme les jeunes filles et les roses, ça dure ce que ça dure..."

 

Mais dans son discours d'accueil Adenauer répliqua: "j'ai lu quelque part que les roses et les jeunes filles pâlissaient bien vite... Les jeunes filles, probablement, mais pour les roses, je m'y connais! Cette amitié entre la France et l'Allemagne, c'est comme une rose qui portera toujours des boutons et des fleurs..."

 

Naturellement le Général, qui ne pouvait se montrer en reste, répondit: "Vous avez raison, Monsieur le Chancelier, ce n'est pas une rose, ni un rosier, c'est une roseraie..."

Voir aussi...  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lebistrotdelarosecroix.com - dans Civilisation
commenter cet article

commentaires

philae 22/01/2011 12:33



bel article bravo et il y a du monde



Présentation

  • : lebistrotdelarosecroix.com
  • lebistrotdelarosecroix.com
  • : Site décalé, ouvert aux chercheurs de lumière et offrant la possibilité de trouver celle-ci au fond d'un verre virtuel autour d'un comptoir virtuel, avec des conversations virtuelles mais offrant des réponses réelles aux attentes des chercheurs.
  • Contact

Les Trésors De La Cave...

Les Trésors de la Cave

Pour trouver ou retrouver un ancien message du Bistrot portant sur un sujet particulier, prenons par exemple le mot "XXXXX", il suffit rechercher sur google, bing, yahoo, etc:

XXXXX "lebistrotdelarosecroix.com"

Derniers Articles

  • Comment les Egyptiens représentaient un Égrégore
    Commençons pour changer par comprendre le déterminatif qui exprime à droite un groupe d'hommes et de femmes. C'est notre foule... Le hiéroglyphe de gauche est un trilitère, c'est à dire un ensemble de 3 lettres "D", "M" et "Dj". La foule se prononce donc...
  • Le Livre des Initiés
    Depuis quelques mois, le Bistrot s'est efforcé de faire ressortir au jour certains événements instructifs du mysticisme du 18e siècle reliant Louis-Claude de Saint Martin, Jean Baptiste Willermoz et Églé de Vallières (l'Agent Inconnu). Pour suivre le...
  • Vivant de Maat
    Il était d'usage en Egypte d'utiliser, pour les dignitaires, des éloges exagérés que nous nommons des "formules d'eulogie". Ces formules ont toujours au départ une signification profonde. L'inscription ci-dessus se lit "ANKH MAAT" et se traduit par "Vivant...
  • Le Chaudron aux Oreilles d'Or dont le Fond est resté noir
    Il y avait au 5e siècle avant JC, en Haute Égypte du côté d'Éléphantine une communauté juive qui a laissé au sein des "Papyrus de Yeb", écrits en hiératique, en démotique et en araméen, des traces d'une pensée assez typique et différente de la pensée...
  • Confession de Maat, 32e Ligne
    Le Bistrot de la Rose+Croix propose aujourd'hui la traduction (inédite) de la 32e ligne de la Confession de Maat. L'âme subit le jugement d'Osiris et fait référence à l'enseignement de Saou: "Ô Être, toi, le Maître des Deux Cornes qui émane de Saou (Saïs),...
  • La Loi des 3L et le Maître des Deux Cornes
    La représentation ci-dessus s'adresse à certains Habitués du Bistrot qui n'ont pas pris conscience de la portée extraordinaire du symbole du soleil entre les 2 cornes de Neith... C'est ce que les Rosicruciens américains nommaient en interne au 20e siècle...
  • Le Soleil entre les Cornes de Neith
    Voici le témoignage d'Hérodote au 5e siècle avant JC: "Il y avait à Saïs, dans le palais d'Amose, une statue en bois à l'image d'une vache couchée dont la tête dorée portait des cornes enserrant un disque en or représentant le soleil." Nous sommes à la...
  • Les Surprises du Senou, le Bouclier de Neith...
    A différentes occasions, le Bistrot a évoqué le Bouclier de Neith représenté ci-dessus. C'est naturellement son sens ésotérique qui nous intéresse et nous avons compris qu'à ce niveau les deux flèches ou les deux lances représentent les deux forces de...
  • La Déesse Neith
    Le temple principal de Saïs était consacré à la déesse Neith. On reconnait chez Neith les propriétés de la déesse Nout (la "vache Céleste": le cosmique), mais pas seulement: Neith n'est pas une divinité de l'Ennéade Héliopolitaine. Elle est la "terrifiante"...
  • Les Raisons d'un Relevé de Champollion
    Voici un relevé établi par Champollion concernant l'inondation à Saïs. Saïs (Saou en égyptien) est à une cinquantaine de km sur un bras du Nil nommé précisément le Wadi Saïtique. N'est-ce pas intéressant de comprendre pourquoi Champollion cherchait à...

Localisation des Buveurs

promotion et affiliation

Le Bistrot sur Mobile

 Cliquez!

mobile.jpg

Les Confidences Du Bistrotier

Contacts Privés

enveloppe.jpg